Alors que le nombre de ménages ruraux continue d’augmenter, beaucoup d’entre eux sont forcés de gérer leurs activités agricoles avec une main-d’œuvre réduite. Il est fréquent que les femmes seulement restent pour s’occuper des enfants et des personnes âgées
Photo: J. Boethling
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>
L’actuel débat sur la transformation rurale reflète un changement de paradigme en matière de développement rural. Si, au cours des dernières décennies, la question du développement rural se posait essentiellement au micro-niveau et mettait l’accent sur les systèmes agricoles et les chaînes de valeur, c’est aujourd’hui le point de vue macroéconomique du changement structurel qui prévaut dans les études sur le développement rural. Partant de tendances constatées en Afrique subsaharienne (ASS), les auteurs montrent comment l’intégration sociale et la durabilité écologique peuvent influencer la dynamique de la transformation rurale.

L’actuel débat sur la transformation rurale dans les pays à faibles et moyens revenus s’appuie essentiellement sur le fait que le changement structurel est censé suivre le modèle des pays industriels. En conséquence, la transformation rurale est perçue comme un passage, en matière de valeur ajoutée et d’emploi, des secteurs ruraux-agricoles aux secteurs urbains-industriels, s’accompagnant d’une augmentation de la productivité agricole, d’un accroissement de la taille des exploitations et de l’intensification des liens entre milieu rural et milieu urbain. C’est la voie qui a été prise par la plupart des pays européens et qui a été en grande partie adoptée par les pays d’Asie de l’Est nouvellement industrialisés tels que la Chine et la Corée du Sud.

Les taux d’urbanisation élevés de nombreux pays africains donnent à penser que l’Afrique pourrait peut-être suivre une démarche similaire. En conséquence, certains universitaires ont envisagé une future voie de développement pour les petites exploitations agricoles africaines (qui constituent encore la grande majorité des exploitations au sud du Sahara) conformément au slogan « passer à la taille supérieure, abandonner ou s’accrocher ».

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>