Le plus important serait que toutes les études randomisées déclarent leur niveau d’attrition et comparent les décrocheurs avec ceux qui continuent de participer à l’étude de manière à déceler s’il y a des différences systématiques entre ces deux groupes, du moins en termes de caractéristiques observables.

Une autre difficulté affectant la généralisabilité des ERC est liée aux changements de comportement qui peuvent avoir une influence sur le groupe de traitement et le groupe témoin. Ces changements de comportement sont ce qu’on appelle les effets Hawthorne et les effets John Henry, les effets Hawthorne faisant référence aux changements de comportement dans le groupe de traitement alors que les effets John Henry concernent les changements de comportement dans le groupe témoin. Par exemple, les individus du groupe de traitement peuvent changer leur comportement de manière positive pendant la durée de l’étude, en reconnaissance du traitement qu’ils reçoivent et en réaction au fait de se savoir observés.