Par conséquent, les différences observées au niveau des résultats de chacun de ces individus sont censées être l’effet du programme.

L’aspect crucial de la causalité

Le battage médiatique dont font l’objet les ERC a conduit les responsables des orientations politiques, les bailleurs et les chercheurs à croire que la randomisation est la seule méthode convaincante de détermination de la causalité. Toutefois, pour que les ERC déterminent la causalité de manière convaincante, il faut qu’ils soient correctement mis en œuvre. Autrement dit, nous devons être convaincus que les individus ont véritablement été affectés de manière aléatoire au groupe de traitement et au groupe témoin ; ce n’est qu’alors que nous aurons réussi à mettre en place un scénario contrefactuel précis (c’est-à-dire ce qui serait arrivé en l’absence d’un programme). Parallèlement, nous devons être capables de nous assurer qu’il n’y a aucun biais d’auto-sélection sans avoir à recourir à des techniques économétriques complexes exigeant une expertise technique particulière.

Les ERC peuvent être une solution méthodologique attrayante mais ils ne sont pas exempts de problèmes, qu’ils soient d’ordre technique, éthique ou pratique.