09.05.2017

 

Une chose a déjà vraiment changé : une importance bien plus grande et une attention bien plus soutenue sont accordées à la mise en œuvre, aux résultats et aux conséquences. La Déclaration de Malabo est même allée encore plus loin et inclut une décision particulière de faire un rapport à ce sujet lors du sommet de l’UA, tous les deux ans. Cet engagement pour la transparence et la responsabilité va même au-delà du mécanisme africain d’évaluation par les pairs (African Peer Review Mechanism – APRM), à une époque très apprécié, qui lui aussi rendait compte lors du sommet, mais essentiellement en matière de mise en œuvre et uniquement en termes qualitatifs. Ce changement tient au fait que le processus PDDAA s’est considérablement amélioré et qu’il n’a plus d’excuse pour ne pas donner les résultats souhaités. « Le bébé est aujourd’hui devenu un adulte responsable et sa responsabilité, dans ce cas, est de donner des résultats et d’avoir un impact.