09.05.2017

Alors que seul, le Rwanda avait signé un pacte avant 2007, 43 pactes PDDAA ont été approuvés et 39 plans d’investissement ont été élaborés au cours des cinq années suivantes. Mais en fin de compte, aucun de ces efforts n’a vraiment donné lieu à une amélioration de la mise en œuvre sur le terrain. En 2014, moins de dix pays affectaient au moins dix pour cent de leurs ressources nationales à l’agriculture et quelques pays seulement ont atteint l’objectif de croissance fixé à six pour cent. De fait, selon une étude de l’Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI), l’impact du PDDAA sur les dépenses agricoles a même été généralement négatif ! Par contre, l’impact estimatif sur la valeur ajoutée agricole a été positif, alors que l’impact sur la productivité des terres et de la main-d’œuvre a été mitigé et celui sur les revenus et la nutrition a été minime.

Pourquoi en a-t-il été ainsi ?