09.05.2017

Quels enseignements pouvons-nous tirer des 13 années de mise en œuvre du PDDAA ?

Raison d’être et objectifs du PDDAA : passer du pacte à l’impact ?

Pendant la première décennie du PDDAA, 2003 – 2013, l’accent a surtout été mis sur l’organisation des consultations des parties prenantes, la réalisation d’une analyse factuelle (état des lieux et identification des sources de croissance), l’élaboration de pactes (courts documents stratégiques dans lesquels les domaines d’intervention prioritaire sont signés par les représentants des principaux groupes de parties prenantes : secteur privé, gouvernement, organisations de la société civile, organisations d’agriculteurs et partenaires du développement) et de plans nationaux d’investissement agricole – PNIA (également appelés plans nationaux d’investissement dans la sécurité agricole et alimentaire – PNISAA dans certains pays) ou de plans régionaux d’investissement agricole (PRIA), et l’organisation de réunions pour la mobilisation de ressources. Ces efforts ont constitué une valeur ajoutée par rapport à la façon dont les programmes et les plans étaient conceptualisés dans le PDDAA et ils ont contribué à améliorer la qualité des plans d’investissement.

Le PDDAA a fait un bond considérable en avant entre 2009 et 2014.