Le Chicago Board of Trade, fondé en 1848, est la plus importante bourse de marché à terme de produits de base au monde (elle fait aujourd’hui partie du groupe CME).
Photo: laif
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>
La spéculation alimentaire est omniprésente. Il est nécessaire de mettre en balance les avantages systémiques provenant du partage des risques entre agriculteurs et spéculateurs financiers avec la grande instabilité des prix qui en résulte et l’émergence potentielle de bulles spéculatives. Une nouvelle stratégie spéculative des investissements sur indices semble exacerber les récentes tendances des prix à la hausse sur le marché alimentaire mondial. Dans les pays en développement, les fluctuations monétaires défavorables et la spéculation alimentaire locale ne font qu’aggraver le sort des pauvres.

La spéculation alimentaire n’est en aucun cas un phénomène nouveau. Dans la Bible, déjà, il est fait allusion au spéculateur qui, stockant le blé, manifestement dans l’espoir de faire monter les prix, soulève la colère de ses semblables (Proverbes 11.26: Celui qui retient le blé est maudit du peuple, Mais la bénédiction est sur la tête de celui qui le vend). Par ailleurs, comme les résultats des récoltes sont imprévisibles au moment de semer, tous les participants du marché céréalier ont toujours cherché différents moyens  de réduire le risque d’une fluctuation défavorable des prix. La meilleure solution est de s’accorder sur des prix garantis pour les futures livraisons. C’est l’essence même des échanges sur le marché à terme – une invention commerciale attribuée au mathématicien de la Grèce antique, Thalès de Milet. Les marchés à terme céréaliers furent instaurés au Japon dès le XVIIe siècle. Comme aujourd’hui les agriculteurs, grossistes, fabricants et institutions financières s’efforcent, les uns comme les autres, d’anticiper les fluctuations des prix dans le cadre de leurs activités économiques, la spéculation n’est pas seulement un phénomène très ancien, elle est également omniprésente sur le marché alimentaire – du moins si nous la percevons telle que l’a définie John Maynard Keynes, un des grands économistes du XXe siècle, qui fait d’elle « l’activité qui consiste à prévoir la psychologie du marché » (J.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>