Les connaissances propres des agriculteurs sont perçues comme une ressource importante dont on peut tirer parti.
Photo: © M. van Eckert/GIZ
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>
Au cours des dernières décennies, l’éventail des services de vulgarisation et de conseil agricoles ainsi que le choix des outils et méthodes les mieux adaptés ont connu des changements fondamentaux. Les auteurs donnent un aperçu des anciennes approches et des nouvelles, rappellent ce que nous savons déjà et précisent les domaines dans lesquels on manque d’informations.

Nous vivons dans un monde complexe et en évolution constante dont la population croissante est confrontée à des besoins accrus d’aliments, de fibres et de combustibles auxquels vient s’ajouter le problème de la préservation des ressources naturelles. Lorsqu’on aborde des questions telles que le changement climatique et la variabilité des marchés, il est évident que les innovations agricoles (avec le partage des informations et l’accès aux marchés des intrants et des produits agricoles que cela suppose) sont essentielles pour résoudre ces problèmes.

Les services de vulgarisation et de conseil agricoles sont de plus en plus perçus comme des moyens indispensables à la promotion de l’innovation. Ces services aident les agriculteurs à faire face aux risques et aux changements en contribuant à améliorer leurs moyens de subsistance et à renforcer leurs capacités. Ils favorisent la diffusion des nouvelles idées et le partage des technologies et pratiques existantes, ainsi que l’organisation des agriculteurs et l’établissement de liens entre eux et les marchés.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>