01.02.2019

augmentation des revenus), sociaux (par ex. amélioration des moyens d’existence) et en matière de sécurité alimentaire, mais il peut également avoir des conséquences environnementales (par ex. utilisation excessive de produits chimiques inorganiques). De même, l’accroissement de la production grâce au land sharing peut présenter des avantages sociaux (par ex. amélioration des moyens d’existence) et environnementaux (par ex. amélioration de la gestion des terres et de la protection de la biodiversité), mais pourrait avoir des implications environnementales (par ex. extensification des terres) et économiques (par ex. réduction des revenus dans la phase initiale). Ces exemples donnent à penser qu’il existe des compromis entre les différentes dimensions de la durabilité agricole et qu’ils peuvent avoir une incidence potentielle sur la décision des agriculteurs d’adopter la formule de l’IAE (par ex. pratiques agricoles biologiques), de l’IAD (par ex. pratiques agricoles intelligentes face au climat), ou un mélange des deux (par ex. un système d’intensification de la culture du riz et des pratiques agricoles de conservation).

Les différences d’opinion peuvent également être influencées par des considérations de rentabilité et d’idéologie.