Une mesure de l’agriculture intelligente face au changement climatique : réduire les émissions de méthane dans les rizières.
Photo: J. Boethling
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>
L’insécurité alimentaire et le changement climatique ont enfin ramené l’agriculture sous les feux de la rampe du débat international sur le développement. Pour que tout le monde puisse manger à sa faim, la productivité des terres agricoles actuelles doit augmenter, le pouvoir d’achat de ceux qui sont dans le besoin doit progresser et l’agriculture doit être durable sur le plan écologique. Il est urgent de mettre en place une agriculture intelligente face au changement climatique, qui mette l’accent sur l’accroissement de la productivité, l’amélioration de la résilience et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Garantir la sécurité alimentaire face au changement climatique est un des principaux défis du 21ème siècle. En 2010, environ 965 millions de personnes souffraient d’insécurité alimentaire dans le monde, soit environ 16 pour cent de la population des pays en développement. La population mondiale devrait passer de sept milliards aujourd’hui à plus de neuf milliards d’ici à 2050 et cet accroissement devrait entraîner un besoin d’alimentation plus variée nécessitant l’exploitation de ressources supplémentaires. La course aux terres, à l’eau et à l’énergie va s’intensifier dans un souci de répondre aux besoins d’aliments, de combustibles et de fibres alors que la mondialisation peut exposer encore plus le système alimentaire aux aléas des forces économiques et politiques. Selon les estimations, la production alimentaire mondiale doit augmenter de 70 à 100 pour cent d’ici à 2050 pour répondre à la demande humaine.

L’agriculture est également très exposée au changement climatique et, plus que tout autre grand secteur économique, elle a besoin de s’y adapter.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>