Photo : Jörg Böthling
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>
Lors d’une manifestation parallèle, à l’occasion de la Conférence de Bonn sur le changement climatique (COP 23), Martin Frick, premier directeur de la coordination des politiques et des programmes, CCNUCC, a déclaré : « l’agriculture est la Cendrillon des débats climatiques. En ce moment, elle épluche les pommes-de-terre dans la cuisine, mais très bientôt elle pourrait être la princesse au bal. » Est-ce vrai ou est-ce seulement le point de vue optimiste d’un professionnel engagé pour l’agriculture et le changement climatique ?

L’agriculture est un des thèmes les plus complexes à aborder dans les négociations sur le changement climatique. Elle présente toutes les caractéristiques d’un problème épineux : le changement climatique touche l’agriculture dans toutes les parties du monde, mais avec des impacts très différents ; la sécurité alimentaire, les moyens de subsistance et le commerce sont des centres d’intérêt clés que toutes les parties cherchent à protéger ; les politiques agricoles sont étroitement liées et affectées par d’autres accords internationaux ayant un lien particulier avec le commerce et les subventions ; et l’agriculture joue un rôle central dans l’adaptation au changement climatique et dans son atténuation, mais avec un degré élevé de spécificité, ce qui rend difficile la normalisation et les évaluations.

Signée par 197 nations, la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) s’est donnée pour mission principale de protéger la sécurité alimentaire. L’article 2 de la Convention énonce que son objectif premier est de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, à un niveau qui empêcherait toute perturbation anthropique dangereuse du système climatique, et précise « Il conviendra d’atteindre ce niveau dans un délai suffisant pour que les écosystèmes puissent s’adapter naturellement aux changements climatiques, que la production alimentaire ne soit pas menacée et que le développement économique puisse se poursuivre d’une manière durable.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Suivante > Dernière >>