Des collaborateurs du projet pulvérisent l’insecticide biologique Bti sur de l’eau stagnante dans laquelle les moustiques se reproduisent.
Des collaborateurs du projet pulvérisent l’insecticide biologique Bti sur de l’eau stagnante dans laquelle les moustiques se reproduisent.
Photo: © Centre hospitalier universitaire de Heidelberg, Dr Peter Dambach, Institut de santé publique

07.11.2016

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Des chercheurs de l’Institut de santé publique du Centre hospitalier universitaire de Heidelberg, en Allemagne, transfèrent avec succès, au Burkina Faso, une nouvelle méthode de lutte contre les moustiques utilisée dans la région du Rhin supérieur, en Allemagne.

Une méthode de lutte contre les moustiques testée avec succès dans la région du Rhin supérieur, dans le sud de l’Allemagne, peut contribuer à endiguer le paludisme, maladie tropicale transmise par le moustique, en Afrique. Telle est la conclusion du projet de réduction écologique du paludisme en Afrique (Ecologic Malaria Reduction for Africa – EMIRA) réalisé à l’Institut de santé publique du Centre hospitalier universitaire de Heidelberg. La Fondation Manfred Lautenschläger a financé le projet EMIRA au Burkina Faso, en Afrique de l’Ouest, à hauteur d’environ 450 000 euros. Depuis 2013, les chercheurs, en collaboration avec la KABS (Kommunale Aktionsgemeinschaft zur Bekämpfung der Schnakenplage e.V.), une association allemande locale de lutte contre le fléau des moustiques, à Spire, et le ministère de la Santé du Burkina Faso, utilisent un agent biologique dans le nord-ouest du pays. Ce produit détruit les larves contenues dans les eaux de reproduction et empêche la prolifération du moustique vecteur du paludisme.

Lutte contre la larve du moustique dans les eaux de reproduction – réduction du danger que représente le paludisme

« Le transfert au Burkina Faso d’un moyen de lutte contre le paludisme mis au point dans la région du Rhin supérieur a été une réussite exceptionnelle, » a déclaré le directeur du projet, le professeur Rainer Sauerborn de l’Institut de santé publique du Centre hospitalier universitaire de Heidelberg, lors de la présentation du projet le 18 octobre.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>