Dr Anitha Seetha, Scientist, ICRISAT, Malawi, en train d’expliquer la nouvelle technologie.
Photo: © ICRISAT

10.08.2016

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Une nouvelle technologie pour la détection des aflatoxines sur site peut sauver des vies et ouvrir des opportunités d’exportation pour les pays africains et asiatiques : le dispositif en kit pour tests rapides. Associé à un kit d’extraction mobile, ce sera le premier moyen portable et à faible coût permettant aux agriculteurs et à d’autres de détecter les aflatoxines instantanément.

L’Institut international de recherche sur les cultures dans les régions tropicales semi-arides (ICRISAT) a mis au point le kit pour la détection d’aflatoxines. Il s’agit d’un kit simple, ne faisant pas appel à un laboratoire, que des personnes sans qualifications techniques comme les agriculteurs, les négociants en produits agricoles et les industries agroalimentaires peuvent utiliser directement. A l’heure actuelle, le test peut être utilisé pour la détection d’aflatoxines dans l’arachide.

Le projet est financé par la Fondation McKnight. Les partenaires de l’ICRISAT sont l’Association des petits exploitants agricoles du Malawi [National Smallholder Farmers Association of Malawi – NASFAM], L’Union des agriculteurs du Malawi [Farmers Union Malawi (FUM)], l’Hôpital central de Kamuzu et l’Hôpital Nkhoma au Malawi,

Le kit-test a été lancé fin juillet au centre de recherche de l’ICRISAT au Malawi. Il ne nécessite guère de connaissances ou de formation techniques et les tests peuvent être effectués sur site. Par exemple, le kit peut être utilisé par les négociants pour vérifier une éventuelle contamination avant de conclure une vente.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>