L’épidémie de maladie à virus Ebola a eu de graves conséquences sur les moyens de subsistance en milieu rural.<br/> Photo: © Terry Sunderland/CIFOR (flickr)
L’épidémie de maladie à virus Ebola a eu de graves conséquences sur les moyens de subsistance en milieu rural.
Photo: © Terry Sunderland/CIFOR (flickr)

18.12.2017

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Suivante > Dernière >>
Des chercheurs ont établi la preuve tangible d’un lien entre le lieu des épidémies de maladie à virus Ebola et la déforestation. Les données recueillies pourraient donner lieu à l’élaboration d’un système d’alerte précoce. La plupart des épidémies de maladies à virus Ebola ont lieu dans des communautés rurales éloignées disposant de peu de moyens pour lutter contre la maladie.

L’annonce d’une épidémie de maladie à virus Ebola (MVE) suscite la peur, non seulement en Afrique, dont elle est originaire, mais partout dans le monde. Chez l’homme, ce virus entraîne l’apparition de symptômes graves tels que le saignement des yeux, du nez et de la bouche, la perte de conscience, des convulsions et éventuellement, la mort. En l’absence de traitement, les gouvernements doivent s’en remettre à des stratégies de prévention et de lutte visant à empêcher de nouvelles épidémies.
 
Toutefois, dans une étude récente, des chercheurs du Centre de recherche forestière internationale (CIFOR), de l’université espagnole de Malaga et d’autres institutions partenaires ont découvert une pièce indispensable du puzzle Ebola — où et quand les épidémies peuvent se déclarer. 

Tout est question de temps

« Le virus Ebola étant transmis aux humains par des animaux sauvages, nous nous sommes particulièrement intéressés au lien entre le virus et la consommation de gibier sauvage, » a déclaré le professeur John E.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Suivante > Dernière >>