Abattage d’un arbre en forêt sèche à Madagascar en vue de la mesure de la densité du bois.
Photo : © Cirad, G. Vieilledent

16.11.2018

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Une formule employée pour calculer la densité basale du bois vient d’être corrigée. Cette densité est couramment utilisée pour estimer le carbone stocké par un arbre. Les chercheurs considèrent que cette erreur dans la formule initiale conduit à une surestimation des stocks de carbone forestier de près de 5 pour cent.

C’est une petite correction, mais elle est loin d’être anecdotique pour les écologues forestiers et les spécialistes du cycle du carbone. L’erreur résidait dans une formule établie il y a près de 50 ans (en 1971) pour calculer la densité basale du bois.

Sachant que la densité basale sert à évaluer la quantité de carbone contenu dans un arbre, la correction de cette formule implique que les stocks de carbone forestier ont pu être surestimés de quatre à cinq pour cent. « Cette nouvelle formule devrait permettre de connaître avec plus de précision le rôle des forêts dans le cycle du carbone et l’impact de la déforestation sur le changement climatique,  » explique Ghislain Vieilledent, écologue au Cirad (un institut français de recherche agronomique) et premier auteur des travaux publiés dans la revue American Journal of Botany le 16 octobre.

Depuis plus de 70 ans, le Cirad entretient une base de données sur 1300 essences et près de 4500 arbres.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>