Le quinoa est une plante naturellement tolérante au sel. À la surface de ses feuilles, des cellules vésicales spéciales absorbent le sel. Ce processus est contrôlé par une activité génétique spécifique. <br/> Photo: © Michael Hermann -  http://www.cropsforthefuture.org/
Le quinoa est une plante naturellement tolérante au sel. À la surface de ses feuilles, des cellules vésicales spéciales absorbent le sel. Ce processus est contrôlé par une activité génétique spécifique.
Photo: © Michael Hermann - http://www.cropsforthefuture.org/

24.11.2017

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Le quinoa, plante très nutritive cultivée dans les Andes, est tolérant au sel. Une équipe internationale de chercheurs vient de trouver une explication à ce phénomène. Sur les feuilles du quinoa, des cellules vésicales spéciales éliminent le sel de son métabolisme. Les chercheurs ont également identifié les activités génétiques spécifiques qui sous-tendent le mécanisme de stockage du sel.

En raison du changement climatique, de plus en plus de terres arables s’assèchent et ont besoin d’être irriguées pour être cultivées. Toutefois, l’irrigation régulière et intense entraîne un problème de salinisation des sols pour une raison bien simple : les sels dissouts dans l’eau sont diffusés dans le sol et y restent une fois que l’eau s’est évaporée. Ce sel ralentit la croissance des cultures et, si rien n’est fait, il peut même rendre les sols infertiles.

Compte tenu des superficies croissantes exigeant déjà une forte irrigation, ou qui l’exigeront bientôt en raison du réchauffement climatique, le ralentissement de la croissance des récoltes menace la possibilité de nourrir une population mondiale croissante.

Une équipe de chercheurs internationale conduite par Rainer Hedrich, phytologue et professeur à l’université Julius-Maximilians de Würzburg, Allemagne, a étudié la tolérance au sel du quinoa. Les feuilles de cette plante (Chenopodium quinoa) originaire des hauts-plateaux des Andes sont pourvues de cellules vésicales qui stockent l’excédent de sel, protégeant ainsi le métabolisme de la plante et lui permettant de pousser, même dans des sols salins.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>