Les scientifiques pensent que l’avantage économique des barrages est souvent surestimé, tandis que leurs conséquences pour la biodiversité et la pêche sont souvent sous-estimées.
Les scientifiques pensent que l’avantage économique des barrages est souvent surestimé, tandis que leurs conséquences pour la biodiversité et la pêche sont souvent sous-estimées.
Photo: © A. Wilcke/Rural 21

08.02.2016

Eau
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Dans une étude internationale, les scientifiques mettent en garde contre les retombées écologiques et sociales désastreuses des quelque 450 barrages dont la construction est prévue sur les fleuves Congo, Amazone et Mékong.

Le développement mondial de l’énergie hydraulique menace les cours d’eau les plus riches en biodiversité du monde. C’est là le cri d’alarme lancé dans une étude internationale dans laquelle des chercheurs analysent des données recueillies sur les fleuves Amazone, Mékong et Congo. Des scientifiques de l’université allemande de Tübingen et de l’Institut Leibniz d’écologie aquatique et de la pêche en eau douce ont participé à l’étude.

Alors que l’avantage économique des barrages est souvent surestimé, leurs conséquences à long terme pour la biodiversité et la pêche sont, quant à elles, souvent sous-estimées, soulignent les  auteurs. Pour minimiser les impacts sur l'environnement et les êtres humains, ils exigent que des études suprarégionales soient effectuées afin d’évaluer les risques provoqués par la construction de barrages et que ces études tiennent compte à la fois des processus sociaux et écologiques et de leurs interactions. Les résultats de l’étude ont été publiés début janvier dans la revue « Science ».

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>