L’étude montre que lorsque les températures montent, les plantes poussent plus haut pour se rafraîchir.
Photo: © canstock
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Le réchauffement de la planète ne se contente pas d’altérer la biodiversité végétale – il modifie également la croissance des plantes. Des chercheurs allemands ont étudié les mécanismes qui contrôlent la croissance des plantes à températures élevées. Cela pourrait permettre un jour de cultiver des plantes adaptées au réchauffement de la planète.

Une équipe de chercheurs de l’université Martin-Luther de Halle-Wittenberg (MLU), à Halle/Allemagne, s’est associée avec l’Institut Leibniz de biochimie végétale (IPB), Allemagne, pour découvrir quels processus moléculaires interviennent dans la croissance des plantes face à la montée des températures.

Cette étude montre que les plantes réagissent de manière bien plus sensible aux fluctuations de températures que les animaux. Il leur est également impossible de rechercher des endroits plus chauds ou plus frais.

Le professeur Marcel Quint, ingénieur agronome à l’université MLU, explique que « lorsque les températures montent, les plantes poussent plus haut pour pouvoir se rafraîchir. Leurs tiges s’allongent et leurs feuilles deviennent moins larges et plus espacées. Cela contribue toutefois à déstabiliser la plante. » Ce phénomène est perceptible, par exemple, lors de la récolte des céréales. Les plantes instables se courbent plus vite sous la pluie et produisent généralement moins de biomasse. On constate également une réduction de la proportion de substances clés (protéines, par exemple) stockées dans les grains.

Questions ouvertes : rôle de la protéine PIF4

Alors que la corrélation entre température et croissance végétale au macro-niveau est relativement bien connue, de nombreuses questions restent en suspens au niveau moléculaire.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>