Des tempêtes de poussière du désert pourraient se produire plus souvent par suite du changement climatique.<br />Photo. © Molly John (Flickr.com)
Des tempêtes de poussière du désert pourraient se produire plus souvent par suite du changement climatique.
Photo. © Molly John (Flickr.com)
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Selon une étude de l’Institut Max Planck de chimie et de l’Institut de Chypre, des parties du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord pourraient devenir inhabitables du fait du changement climatique. Le nombre des réfugiés climatiques pourrait augmenter de façon dramatique à l’avenir.

Des chercheurs de l’Institut Max Planck de chimie et de l’Institut de Chypre à Nicosie ont calculé que les températures au Moyen-Orient et en Afrique du Nord pourraient atteindre des niveaux si élevés qu’elles pourraient compromettre la survie humaine. L’objectif convenu lors du récent sommet sur le climat de Paris, qui vise à limiter à deux degrés Celsius la hausse de la température de la Terre, ne sera pas suffisant pour  empêcher ce scénario. L’auteur principal de l’étude, le professeur Jos Lelieveld, directeur à l’Institut Max Planck de chimie et professeur à l’Institut de Chypre, craint que, dans les régions déjà très chaudes du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, les températures en été augmentent  plus de deux fois plus rapidement que le réchauffement planétaire moyen. Cela signifie que, pendant les périodes les plus chaudes, les températures au sud de la Méditerranée pourraient atteindre 46 degrés Celsius au milieu du siècle.

Lelieveld et ses collègues ont étudié de quelle façon les températures allaient évoluer au Moyen-Orient et en Afrique du Nord au cours du 21ème siècle.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>