Dans le nord de l’Inde, la: DDC encourage les femmes à compenser les effets du changement climatique en diversifiant les produits forestiers qu’elles cultivent. <br/> Photo: © DDC
Dans le nord de l’Inde, la: DDC encourage les femmes à compenser les effets du changement climatique en diversifiant les produits forestiers qu’elles cultivent.
Photo: © DDC

28.03.2017

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Le constat que les femmes pâtissent généralement plus que les hommes des effets du changement climatique et des catastrophes naturelles est le point de départ d’une stratégie d’action ciblée de la Direction suisse du développement et de la coopération (DDC). Celle-ci multiplie les projets où les femmes jouent un rôle central pour leur émancipation sociale et économique.

Sur les pentes de l’Altiplano bolivien, en Haïti ou dans les zones rurales de l’Inde, les femmes sont les premières à pâtir du changement climatique voire des catastrophes naturelles. Affectées aux tâches domestiques, elles dépendent plus que les hommes d’un accès aux ressources naturelles. Quand celles-ci se raréfient, c’est tout un mode de (sur)vie qui s’écroule. Et certaines femmes perdent au passage le minimum d’indépendance financière dont elles disposent.
 
Ces quelques constats impliquent de concevoir le changement climatique et les catastrophes comme des facteurs aggravant de l’inégalité entre femmes et hommes.
 
Pour inverser la tendance, la DDC s’efforce d’accorder une place centrale aux femmes dans ses projets d’adaptation au changement climatique et de prévention des catastrophes. Avec un double objectif: réduire les inégalités de genre et, surtout, miser sur la flexibilité, l’inventivité et les capacités d’adaptation dont font preuve de nombreuses femmes. Ces dernières peuvent être directement associées à des campagnes de sensibilisation ou à des ateliers de formation.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>