Des agriculteurs dans la partie vietnamienne du Delta du Mékong récoltant des fleurs de lotus.
Photo: Shutterstock
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Suivante > Dernière >>
À divers égards, le Cambodge, le Myanmar, le Laos et le Vietnam sont à la traîne par rapport aux six autres membres de l’ANASE. La stratégie de coopération de la DDC dans la région du Mékong vise à combler ce retard de développement.

La coopération suisse au développement peut se prévaloir d’une longue tradition dans la région du Mékong. La Suisse a entamé des activités de développement avec le Vietnam en 1968, la coopération bilatérale formelle ayant débuté en 1992. Cet État, considéré comme pays à revenu intermédiaire, ne figure plus dans le programme de réduction de la pauvreté depuis 2016.
 
La DCC a ouvert, en 2006, un bureau au Laos, lequel coordonne aujourd’hui le programme régional pour le Mékong, Depuis 2013, la Suisse entretient également un bureau de coopération au Cambodge. La stratégie de coopération régionale de la DDC au Mékong concerne le Cambodge, le Laos ainsi que des projets régionaux et supranationaux au Myanmar et au Vietnam.
 
« Au Laos, au Cambodge et au Myanmar, les défis sont très similaires », explique Franziska Freiburghaus, cheffe de la Division Asie de l’Est à la DDC. L’écart entre riches et pauvres demeure important et la pauvreté largement répandue, en particulier au sein de la population rurale et des minorités ethniques.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Suivante > Dernière >>