Formation sur des potagers urbains et les meilleures pratiques agronomiques au Soudan du Sud.
Photo : © FAO / JC McIlwaine / UNMISS
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Le Soudan du Sud est en proie, depuis plusieurs années, à une grave crise humanitaire provoquée par une violente guerre civile. Avec le soutien de la Direction suisse du développement et de la coopération (DDC), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a lancé un projet d’agriculture urbaine en 2015. Environ 6 500 familles ont bénéficié de ce projet.

Indépendant depuis 2011, le Soudan du Sud a plongé, en décembre 2013, dans une guerre civile faisant des dizaines de milliers de morts et des millions de déplacés. Djouba a vu sa population exploser. Dans ce gros bourg semi-rural qui s’est transformé en une ville de quelque 900 000 habitants, les déplacés internes n’ont plus accès à leurs champs et ne peuvent s’offrir de légumes sur le marché. Le prix des aliments a flambé, en raison notamment de fluctuations monétaires aggravées par un taux d’inflation élevé. Les familles manquent de tout. Le gouvernement a officiellement déclaré, en février 2017, une situation de famine dans certaines zones du pays.

Améliorer les moyens d’existence

Pour combattre la faim et accroître la résilience des populations face à la crise, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), avec le soutien de la Direction suisse du développement et de la coopération (DDC), a lancé en 2015 un projet d’agriculture urbaine à Djouba et dans ses environs.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>