Adapter l’agriculture africaine au changement climatique

Le changement climatique exacerbe la situation de pauvreté dans les pays en développement. L’Afrique rurale est particulièrement touchée par ce phénomène. Bien que des mesures d’adaptation efficaces soient connues et aient été intégrées dans les plans d’action nationaux pour l’adaptation au changement climatique, les financements internationaux ne suivent pas et ne suffisent pas à répondre aux besoins.

D’une part, les engagements souscrits par les pays à l’origine du changement climatique sont insuffisants, de l’autre, ils privilégient les projets d’atténuation au lieu de se concentrer sur des mesures d’adaptation en milieu rural. En outre, seule une faible proportion des fonds promis bénéficie au continent africain.

Des progrès décisifs ont été accomplis lors du Sommet de Cancún en ce qui concerne les futurs mécanismes de financement des mesures d’adaptation et d’atténuation. Les fonds réservés au climat doivent cependant permettre de financer de petits projets, adaptés aux conditions locales du milieu rural en Afrique, si l’on veut qu’ils contribuent de façon substantielle à l’adaptation de l’agriculture africaine au changement climatique.

Christine Chemnitz
Conseillère en agriculture internationale
Fondation Heinrich Böll
Berlin, Allemagne
chemnitz(at)boell.de

Heike Höffler
Consultant en développement de l’agriculture
Bonn, Allemagne
hhoeffler(at)web.de