Volume 17 - No 2/2010 : Acquisitions foncières, Innovations pour les pauvres, Jeunes ruraux

Acquisitions foncières
Dans les pays du Sud, les terres arables sont de nouveau fort convoitées. Des terres sont achetées ou louées sur plusieurs décennies par des investisseurs étrangers afin de couvrir les besoins alimentaires de leurs populations, de réaliser des cultures d?exportation ou de cultiver les matières premières nécessaires à la production de bioénergie. Les partisans de ces investissements étrangers directs dans la terre considèrent que ceux-ci marquent l?inversion longtemps attendue de la tendance à la négligence du secteur agricole et des zones rurales qui s?est maintenue pendant plusieurs dizaines d?années : ces investissements peuvent créer des emplois, accroître la production agricole et, enfin, améliorer les finances publiques dans les pays hôtes. Leurs détracteurs, au contraire, pensent qu?ils reviennent à brader de façon illégale les ressources naturelles, privant ainsi les populations pauvres des pays du Sud de leurs bases d?existence et de subsistance, endommageant les écosystèmes fragiles et ouvrant grand la porte aux spéculations foncières alors que les ressources en terres deviennent toujours plus rares. Tous les arguments cités sont corrects et peuvent être corroborés au moyen de preuves concrètes comme le démontrent les auteurs de notre premier dossier phare en s?appuyant sur un grand nombre d?exemples.

Innovations pour les pauvres
Pour notre deuxième dossier phare, nous nous sommes inspirés d?un modèle célèbre : celui d?Anil Gupta, professeur à l?Indian Institute of Management (IIM) à Ahmedabad. Deux fois par an, cet expert en sciences économiques part à pied pour une tournée de découverte d?une dizaine de jours à travers l?Inde rurale. Il va à la rencontre des paysans à qui il demande de lui présenter leurs innovations, comme un distillateur d'urine bovine, construit selon un modèle décrit dans des livres anciens. L?urine est utilisée par les familles paysannes pour faire baisser la température et pour calmer les douleurs articulaires. Ou encore cette batteuse de riz, construite au moyen d'un vieux cadre de bicyclette, d?une pédale et de deux tambours fabriqués au moyen de boîtes en fer blanc et de restes de bois. Le professeur en économie conserve ces inventions dans une banque de données qui, entre-temps, contient plus de 120 000 enregistrements. Les données sont traduites dans les langues locales afin que les paysans des différentes régions puissent en profiter. Lorsque ces inventions peuvent être développées et transformées en un produit commercialisable, chaque paysan y ayant contribué par son savoir perçoit un droit de licence. Nos auteurs montrent combien des innovations créées par des pauvres pour des pauvres peuvent être diversifiées et comment celles-ci peuvent être diffusées.

Jeunes ruraux
Les jeunes sont un facteur essentiel au développement économique des zones rurales. Les jeunes sont souvent mieux formés que les générations précédentes, maîtrisent parfaitement les technologies d?avenir et les nouveaux médias et savent « comment marche le monde globalisé ». Cependant, les jeunes tournent de plus en plus souvent le dos à leur village, parfois parce qu?ils fuient les catastrophes naturelles ou les conflits armés, mais plus souvent encore parce qu?ils n?entrevoient aucune perspective d?avenir. Nous avons demandé aux auteurs de notre thème phare de montrer quelles étaient les possibilités de rendre la vie dans le village plus attrayante pour des jeunes gens, autant pour ce qui est de l?environnement social que le niveau professionnel. Ils montrent en outre comment doivent être conçus la formation et le transfert de compétences pour que des jeunes puissent reconnaître leurs chances et les saisir. Ils fournissent également des exemples illustrant comment promouvoir l?esprit d?entreprise des jeunes en milieu rural.