Archives

Développement économique en milieu rural, Volume 13 No 1/2006
Commerce agricole - Microfinances - Utilisation sûre des produits chimiques

Commerce agricole

Problèmes clés du commerce agricole pour les pays ACP. Marche à suivre après Hong Kong.

Bien qu?on ait qualifié la 6ème conférence ministérielle de l?OMC à Hong Kong, d?avancée modeste mais significative dans le processus des négociations commerciales, la définition de modalités applicables à l?agriculture d?ici à la fin avril 2006 reste le principal défi . La réalisation des objectifs du cycle de Doha pour le développement dépendra essentiellement de la volonté du G-4 à tenir compte des besoins des pays les plus pauvres. Les pays ACP devront continuer à pousser leur agenda commercial et à renforcer les liens avec les négociations actuelles des APE avec l?UE.1)
 
Vincent Fautrel
CTA ? Centre Technique de Coopération Agricole et Rurale ACP-UE
Wageningen, Pays-Bas
fautrel@cta.int

Les négociations de l?OMC et les intérêts des pays de l?OCDE

Les négociations de l?OCDE sont un exercice d?équilibre difficile entre mercantilisme et réforme politique éclairée. Certains pays de l?OCDE continuent de s?en tenir à la politique classique de soutien des prix. Ce n?est que lentement que l?on prend conscience du fait qu?une telle politique agricole entraîne également des inconvénients majeurs, qu?elle profite avant tout aux grandes entreprises et qu?elle peut avoir un impact préjudiciable sur l?environnement, sans même parler des distorsions graves qu?elle provoque sur les marchés internationaux.
 
Prof. Dr. Stefan Tangermann
Directeur OCDE ? Organisation de coopération et de développement économiques
Paris Cedex 16 France
Stefan.Tangermann@oecd.org

L?OMC et le véritable intérêt des pays membres de l?OCDE. Le point de vue d?un pays en développement.

Pour les pays en développement, et notamment les pays africains, la libéralisation économique dans le cadre de l?OMC s?est traduite par une réduction du revenu des producteurs et, par conséquent, par un accroissement de la pauvreté. Cette situation résulte en grande partie du dumping pratiqué par les pays membres de l?OCDE et de la forte dépendance vis-à-vis des denrées de base.
 
Sériba Ouattara
Directeur Général du Commerce
Ministère du Commerce de la promotion de l?entreprise et de l?artisanat
Ouagadougou 02
Burkina Faso
seouatt@hotmail.com

Le petit exploitant agricole sur la voie du marché mondial ? le cas du Kenya

La politique du commerce extérieur du Kenya est axée sur la création d?un environnement favorable à la promotion de ses produits sur le marché international, notamment dans les pays développés, ainsi qu?en Afrique. Les pays voisins d?Afrique orientale et australe (COMESA) restent les principaux destinataires des exportations de produits manufacturés alors que l?Union européenne est le principal destinataire des exportations agricoles du Kenya qui concernent notamment les petits paysans. Les principales cultures d?exportation sont les fleurs coupées, le thé, les légumes à cosse, le café
et les fruits.
 
Agayo Ogambi
Manager, Trade Point Kenya
Kenya National Chamber of Commerce and Industry
Nairobi, Kenya
agayoo@yahoo.com

Chaînes de valorisation et commerce agricole

Les tenants du libreéchange soutiennent que la mondialisation est positive pour les pays en développement. Or, les stratégies agricoles de croissance orientées vers l?exportation n?ont pas nécessairement des répercussions positives sur le développement économique d?un pays. Une mondialisation respectueuse du développement ne présuppose pas seulement l?amélioration
systématique de la compétitivité des pays fournisseurs, mais aussi des conditions justes pour l?intégration des producteurs aux chaînes de valorisation internationales.
 
Dr. Helmut Albert
Helmut.Albert@gtz.de
 
Dr. Andreas Springer-Heinze
Andreas.Springer-Heinze@gtz.de
 
Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (GTZ) GmbH
Eschborn, Allemagne

La libéralisation des marchés agricoles et les pays importateurs de produits alimentaires

On prévoit qu?une libéralisation totale du commerce agricole international dans le cadre de l?OMC aura pour conséquence une augmentation moyenne des prix agricoles mondiaux d?environ 10 pour cent. C?est là une mauvaise
nouvelle pour les pays en développement importateurs de produits alimentaires. Cependant, le groupe des 86 pays à faible revenu et à déficit
vivrier est très hétérogène. Par conséquent, il est nécessaire de classer les pays en fonction de leur niveau de vulnérabilité afin de pouvoir développer des recommandations politiques ciblées.
 
PD Dr. Ulrike Grote
Zentrum für Entwicklungsforschung (ZEF)
Bonn, Allemagne
u.grote@uni-bonn.de
 
Dr. Peter Wobst
Institute for Prospective Technological Studies (JRC/IPTS)
Seville, Spain
peter.wobst@cec.eu.int

Les pays importateurs de produits alimentaires et le commerce mondial libéralisé - Le marché du riz au Sénégal

Dans le débat sur l?impact du commerce mondial et de l?OMC sur les exportations agricoles des pays en développement, on oublie souvent que bon nombre de ces pays sont également des importateurs de produits agricoles. En effet, la plupart des pays africains les plus pauvres sont des
importateurs nets de denrées agricoles et cette tendance suit une courbe ascendante. Les raisons sont extrêmement variées et peuvent être dues à des facteurs aussi bien internes qu?externes.
 
Michael Brüntrup
Thao Nguyen
Christian Kaps
Deutsches Institut für Entwicklungspolitik ? DIE
Bonn, Allemagne
Michael.Bruentrup@die-gdi.de

Microfinances

On peut faire beaucoup avec peu d?argent. Réduction de la pauvreté par le microfinancement.

Les Nations unies ont déclaré 2005 l?année du microcrédit. L?ONU en appelle ainsi à faciliter l?accès notamment des groupes de population pauvres dans les villes et les zones rurales aux services financiers. Le microfinancement est
un instrument efficace pour lutter contre la pauvreté. Pour la coopération allemande au développement, le microfinancement est un pôle d?intervention sectoriel prioritaire.
 
Ulrike Haupt
Ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ)
Bonn, Allemagne
Ulrike Haupt@bmz.bund.de

À la recherche d?innovations techniques et institutionnelles. Microfinance durable pour les zones rurales.

« Repousser les frontières de la finance ». Formulé il y a près de vingt ans, ce
slogan de von Pischke de l?Ohio State University est toujours au goût du jour. S?il existe aujourd?hui des concepts de disponibilité durable de microfinancement dans les zones urbaines, la majeure partie de la population rurale des pays en développement ou en transition n?a qu?un accès très limité aux services financiers. Or, dans sa grande majorité, la population vit en zones rurales.
 
Dr. Konrad Ellsässer
Finances pour le développement
économique & social (FIDES)
Montpellier, France
Fides@agropolis.fr

Les banques agricoles: les ignorer, les fermer ou les réformer ?

Dans les années 1960, on considérait que les banques agricoles d?État accordant des prêts à taux subventionnés aux groupes cibles constituaient
un outil important de modernisation dans les pays en développement.
Lorsque cette ambition a perdu de sa crédibilité, les bailleurs de fonds leur ont retiré leur soutien vers 1980. Depuis, des institutions financières rurales
indépendantes s?insérant dans des structures institutionnelles de différents
types ont vu le jour dans de nombreux pays. Quel est l?avenir des banques agricoles dans un système financier dépendant du marché ? Faut-il les fermer, les réformer ou tout simplement les ignorer ?
 
Prof. Dr. Hans Dieter Seibel
Université de Cologne
Cologne, Allemagne
seibel@uni-koeln.de

Le financement en milieu rural - Aux limites du microcrédit

« Nous assistons au spectacle inquiétant d?un exode rural des crédits ». Ainsi
commençait un célèbre article sur l?agriculture des années cinquante, qui ne décrivait ni l?Afrique ni l?Amérique latine, mais l?Allemagne. Ce n?est pas un thème nouveau du développement des systèmes de financement, mais il
n?est toujours pas résolu dans le cadre des politiques de développement.
 
Thorsten Giehler
Deutsche Gesellschaft für Technische
Zusammenarbeit (GTZ) GmbH
Section Développement de systèmes de financement
Eschborn, Allemagne
Thorsten.giehler@gtz.de

Les caisses d?épargne allemandes s?engagent dans la coopération au développement. Responsabilité sociale et rentabilité.

Les approches innovantes du secteur financier ne doivent pas impérativement
être des idées neuves ? elles ne sont souvent que des méthodes et principes éprouvés qui, sous une forme adaptée, offrent des solutions modernes. Cela vaut également pour le microfinancement dans les pays en développement. Au cours des 200 dernières années, l?Allemagne a vu naître, avec les Sparkassen (caisses d?épargne) et les banques coopératives, une structure autonome du secteur financier qui associe responsabilité sociale et réussite économique. Elles comptent parmi les premières institutions de microfinance du monde.
 
Dr. Peter Langkamp
Niclaus Bergmann
Sparkassenstiftung für internationale Kooperation
Bonn, Allemagne
Niclaus.Bergmann@sparkassenstiftung.de

Quelles institutions financent les zones rurales ?

La Rabobank ? partenaire du développement rural
La Rabobank offre des services financiers en zones rurales depuis plus de 100 ans et elle a créé le programme de la Rabobank pour le développement en vue de faire profiter de son expertise les institutions financières des pays en développement et des marchés émergents. Dans le cadre de ce
programme, la Rabobank a contribué à la restructuration et l?amélioration des institutions financières rurales. Elle a en outre acquis une participation dans des institutions financières rurales et offre également des subventions et des services consultatifs.
 
Josien Sluijs
Rabo International Advisory Services BV (RIAS)
Utrecht, Pays-Bas
Sluijs.J@rn.rabobank.nl

Utilisation sûre des produits chimiques

Des produits chimiques pour les plus pauvres ? risque ou chance ?

La manipulation des produits chimiques dans les pays en développement est
toujours le lot des personnes les plus pauvres et les moins instruites, qui sont préposées aux emplois les plus dangereux. C?est dans les petits ateliers du secteur informel, les teintureries, les tanneries, les fabriques de tapis et les usines textiles, qui souvent emploient des enfants, de même que dans l?agriculture, où des journaliers épandent des produits phytosanitaires hautement dangereux, que les conditions sont les pires.
 
Georg vom Kolke
Ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement
Bonn, Allemagne
Georg.vom-Kolke@bmz.bund.de
 
Dr.Matthias Kern
Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (GTZ) GmbH
Bonn, Allemagne

Les produits chimiques utilisés en agriculture ? sont-ils nécessaires ou superflus ?

Plus de 40 ans après le début de la « Révolution Verte », l?emploi de produits
chimiques agricoles dans les pays en développement continue à poser question. À quelle dose les produits chimiques agricoles sont-ils nécessaires ? Existe-t-il suffisamment de solutions alternatives qui ne soient pas plus coûteuses et ne rendent pas de ce fait la lutte contre la pauvreté plus difficile ?
 
Dr. Gerd Fleischer
Deutsche Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (GTZ) GmbH
Agriculture, pêche et alimentation
Eschborn, Allemagne
Gerd.Fleischer@gtz.de

Les conventions internationales et leur transposition dans le droit national

Premiers pas dans un monde sans poisons
L?usage incontrôlé des produits chimiques menace aujourd?hui encore la santé et la vie de millions de personnes dans les villes et les zones rurales des pays en développement. Les Nations unies tentent à l?aide de divers accords de réguler aussi bien le commerce des produits chimiques dangereux
qu?également leur manipulation. Il convient maintenant d?appliquer ces accords dans le droit national et de leur donner vie. Pour beaucoup de pays en développement, c?est là une difficile entreprise.
 
Dr. Ralph Ahrens
Journaliste
Cologne, Allemagne
AhrensR@aol.com

Gestion des produits chimiques: les bienfaits du dialogue et de la formation

Selon des données publiées par l?Organisation internationale du travail, 70 pour cent des accidents mortels se produisant dans les pays en développement sont liés à l?utilisation de produits chimiques agricoles. Les femmes sont particulièrement exposées aux risques liés à la manipulation
de produits phytosanitaires. Les conventions internationales visent à créer les conditions d?ensemble nécessaires à la gestion sans risque des produits chimiques. Leur mise en ?uvre est facilitée par la formation internationale qui a pour vocation de sensibiliser et de renforcer les capacités institutionnelles.
 
Dr. Bruno Schuler
InWEnt gGmbH ? Renforcement des capacités et développement international
Division Développement Rural,
Alimentation et Protection du Consommateur
Feldafing, Allemagne
Bruno.Schuler@inwent.org

Les produits bio issus du commerce équitable conquièrent le marché européen

Le commerce équitable des produits agricoles venant des pays en développement est soumis à des normes de qualité et à des exigences sociales strictes qui visent en particulier aussi à développer la production bio. Le grand succès des produits bio issus du commerce équitable ces dernières années sur les marchés européens encourage les agriculteurs des pays producteurs à élargir leur production agricole sans engrais minéraux ni pesticides.
 
Tina Gordon
EED Service des Églises Évangéliques en
Allemagne pour le Développement, Échanges Equitables
Bonn, Allemagne
Tina.Gordon@eed.de