Nouvelles pistes pour les biocarburants en Afrique

En Afrique subsaharienne, la production de biocarburants pourrait avoir un rôle positif sur le développement rural. Mais cette production comporte également de nombreux risques qui doivent être étudiés et gérés avec soin. La réussite dépend dans une large mesure des conditions locales et de l'organisation des chaînes de valeur ajoutée.

Le modèle du groupement de petits planteurs semble être la forme d'organisation la mieux adaptée pour faire accepter les risques à la population et permettre aux petits exploitants comme aux grands producteurs d'en tirer profit. Les capacités en termes de réglementation, de recherche et de conseils devront être renforcées dans les pays et les régions concernées. Les acteurs privés et les groupes concernés, particulièrement les plus désavantagés, devront également bénéficier d'un soutien afin que le potentiel de la production de biocarburants soit véritablement orienté vers le développement rural.

Il est probablement plus facile de créer des incitations et d'obtenir les financements nécessaires dans le secteur de l'énergie que dans d'autres secteurs, par exemple, en taxant les énergies fossiles, en appliquant des droits à l'exportation et en réduisant les dépenses consacrées aux importations énergétiques, y compris au pétrole.

Dr Michael Brüntrup, Raoul Herrmann
Institut allemand de Développement (DIE)
Bonn, Allemagne
Michael.Bruentrup@die-gdi.de, Raoul.Herrmann@die-gdi.de

Dieter Anders
Capacity Building International (InWEnt)/GIZ
Dieter.Anders@inwent.org

Jutta Schmitz
Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ)
Jutta.Schmitz@gtz.de

Felix Kaup
Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique (PIK)
felix.kaup@pik-potsdam.de

  • <a href="/?id=770&issue=single_edition201101">Commander edition individuel (2011/01)</a>