Services environnementaux et changement climatique

La république du Ghana, l?une des démocraties africaines les plus stables, fait face à une surexploitation continue de ses ressources naturelles résultant en d?énormes pertes financières et de graves implications pour les populations pauvres. Le projet « Forêts tropicales et adaptation au changement climatique », financé par l?Union européenne, tente d?identifier des instruments appropriés pour le financement de mesures d?adaptation au changement climatique. L?un de ces outils de financement pourrait être le paiement pour services environnementaux ou PSE.
 
Une étude de l?université Humboldt de Berlin a montré que les systèmes de PES étaient dans une large mesure tributaires de l?existence d?un cadre institutionnel approprié. Des coûts d?opportunité élevés, l?absence de sécurité juridique pour les droits d?usage entre les propriétaires fonciers et les usagers, la répartition inégale des produits tirés de l?exploitation du bois et le manque d?intérêt à l?égard d?une protection durable de la biodiversité sont autant de facteurs qui limitent les possibilités de mise en ?uvre de systèmes PES efficaces. Des sous-produits forestiers commercialisables et l?eau, associés à des modèles PES portant sur la biodiversité, renforcent la capacité d?adaptation de la population rurale pauvre aux effets préjudiciables potentiels du changement climatique.
 
 
Christian Staiss
Seminar für Ländliche Entwicklung (SLE)
Université d?Humboldt
Berlin, Allemagne
cstaiss@gmx.de

Jens Boy, Bettina Kupper,
Jane Mertens, Philipp Schwörer
et
Silvia Ullrich
Jeunes experts du SLE
 

  • <a href="/?id=770&issue=single_edition201001">Commander edition individuel (2010/01)</a>