L’ « aCar » (CGI) va rendre l’e-mobilité possible, même dans les régions manquant d’infrastructures, notamment dans le sud du Sahara.
Photo: © Université technique de Munich

Une université allemande met au point un véhicule électrique pour les zones rurales.

Le projet « aCar » de l’université technique de Munich, Allemagne, va rendre l’e-mobilité possible pour les populations rurales des régions pauvres manquant d’infrastructures.

Dans le cadre d’un projet interdisciplinaire, des chercheurs de l’université technique de Munich (TUM) ont mis au point un véhicule électrique baptisé « aCar ». Ce véhicule a été élaboré par quatre instituts de la TUM en étroite collaboration avec des partenaires d’Allemagne et de plusieurs pays africains. En automne 2016, le land de Bavière a reconnu le concept en lui attribuant le Prix de l’électromobilité dans la catégorie « Concepts de produits et de mobilité durables ».

Pour beaucoup, l’expression « véhicule électrique » évoque des voitures électriques coûteuses roulant sur des routes en bon état dans des pays industrialisés. La voiture électrique mise au point à l’université technique de Munich s’adresse essentiellement aux populations rurales des régions reculées manquant d’infrastructures, notamment à celles des nations sub-sahariennes. L’objectif déclaré de l’équipe de recherche interdisciplinaire est d’offrir un concept de mobilité qui contribue à éviter l’exode rural vers les villes et à renforcer l’autonomie des régions rurales.

L’aCar est multifonctionnelle

Pour cette raison, l’aCar  doit offrir une grande latitude d’utilisations. C’est un véhicule tout-terrain, qui peut être chargé avec de l’électricité solaire et qui, avant tout, doit être de conception modulaire. Grâce à différentes superstructures, il peut transporter des passagers ou d’autres charges et, avec l’ajout de modules supplémentaires, il peut également servir d’outil agricole ou de source d’énergie pour d’autres équipements. Grâce à sa modularité, le véhicule de base peut être offert à un prix comparativement peu élevé. Selon son domaine d’utilisation, les modules fonctionnels supplémentaires peuvent être achetés ou loués. 

Il a été important pour les chercheurs de modifier non seulement les utilisations potentielles mais aussi la production du véhicule en fonction des conditions locales. L’aCar est conçue pour être fabriquée localement, ce qui rend possibles des processus locaux et indépendants de création de valeur. Les instituts de technologie automobile, de formage et de moulage des matériaux, de conception industrielle et de stratégie et d’organisation ont travaillé en étroite coopération pour résoudre les différents problèmes soulevés par le projet.

Le concept du véhicule a été conjointement élaboré avec des partenaires de recherche du Nigeria, du Ghana, du Kenya et de Tanzanie. Un premier prototype a été présenté au début de l’année et ses divers éléments sont actuellement soumis à des tests. Grâce aux enseignements qui seront tirés de ces tests, l’équipe interdisciplinaire prévoit de construire un deuxième prototype au début de 2017. Le projet sera présenté au public lors du Salon allemand de l’automobile (IAA) en septembre 2017.

(epo/wi)

Pour en savoir plus:  acar