Des chercheurs allemands et vietnamiens testent un vaccin peu coûteux contre la grippe aviaire hautement pathogène à virus H5N1.
Photo : Shutterstock

Un vaccin d’origine végétale contre la grippe aviaire ?

Lorsqu’une épidémie de grippe aviaire se déclare, il n’y a souvent qu’un moyen d’endiguer la propagation de la maladie – abattre les volailles. Un nouveau projet d’élaboration de vaccins abordables, d’origine végétale, contre la grippe aviaire, pourrait bientôt offrir une autre solution.

Pendant des années d’étroite collaboration, des chercheurs de l’Institut Leibniz de génétique végétale et de recherche sur les plantes cultivées (IPK), de Gatersleben, Allemagne, et de l’Institut de biotechnologie (IBT) de Hanoi, Vietnam, ont élaboré une méthode de production de vaccins contre la grippe aviaire dans les végétaux. Un nouveau projet met aujourd’hui l’accent sur l’application pratique des résultats obtenus à ce jour et sur la mise au point de vaccins stables et peu coûteux contre la grippe aviaire. Ces vaccins devraient contribuer à lutter aussi tôt que possible contre de nouvelles épidémies de grippe aviaire.

Les zoonoses sont une source d’incidents récurrents de nouvelles maladies infectieuses pouvant être transmises à l’homme par des animaux. La grippe aviaire, grippe hautement pathogène à virus A, est probablement une des zoonoses les plus connues. Compte tenu de la rapidité et de la simplicité de sa propagation par les oiseaux et de la menace de pandémie qu’elle porte, des efforts sont constamment déployés pour endiguer l’agent pathogène infectieux de cette grippe.

Une demande croissante de vaccins abordables en médecine vétérinaire

En médecine vétérinaire, il y a une demande croissante de vaccins abordables qui favorisent le bien-être des animaux et luttent contre des maladies zoonotiques telles que la grippe aviaire. Au début de l’année, l’IPK et l’IBT ont lancé un nouveau projet. En collaboration avec la société vietnamienne NAVETCO, spécialisée dans la vaccination contre la grippe aviaire, ils travaillent sur un mode de production rapide et abordable de vaccins contre les agents pathogènes de la grippe aviaire.

En plus de la menace qu’elles font peser sur les animaux et sur l’homme, les épidémies de grippe aviaire peuvent avoir une influence considérable sur la production régionale de viande de volaille et d’œufs. À ce jour, les tentatives de lutte contre les épidémies de grippe aviaire se sont soldées par l’abattage de plusieurs millions de volailles. Mais dans les pays en développement, notamment, où la production de volaille contribue de manière cruciale à l’alimentation, les éleveurs ont tendance à s’opposer à l’application de cette mesure.

L’introduction d’une vaccination abordable et fiable comme mesure prophylactique ou comme mesure d’urgence est considérée comme un outil pertinent de réduction du taux d’infection de la grippe aviaire. Mais pour pouvoir répondre à de nouvelles épidémies, il importe d’élaborer des vaccins appropriés et de faire en sorte qu’ils soient disponibles dès que possible.

La création conventionnelle de vaccins dans des œufs de poules embryonnés prend de cinq à six mois. La création de vaccins dits à virus fractionné dans les végétaux est une alternative moderne. Les avantages de cette méthode ne se limitent pas aux courtes durées de production permettant une adaptation rapide à l’évolution des virus dans ce domaine ; elle présente également les avantages d’un faible coût de production, de la simplicité d’exploitation à une autre échelle et d’un faible coût infrastructurel.

Un nouveau projet visant à passer de la recherche pure à la pratique

Les chercheurs du groupe de travail de l’IPK sur les phyto-anticorps, dirigé par le professeur Udo Conrad, et les chercheurs de l’IBT ont déjà travaillé à l’élaboration  d’une méthode efficace de création de tels vaccins peptidiques d’origine végétale lors d’un projet antérieur. Ils ont ainsi réussi à produire des multimères hémagglutiniques, des antigènes spéciaux de la grippe aviaire, dans les plants de tabac (Nicotianabenthamiana) et à démontrer leurs réponses immunitaires neutralisantes chez la souris.

Dans le nouveau projet, ces résultats de recherche pure doivent se traduire en applications pratiques. La prochaine étape prévoit la réalisation d’expériences sur des poulets sains visant à tester, en pratique, la fiabilité de la méthode nouvellement élaborée. L’objectif à long terme des chercheurs est de créer un vaccin peptidique à partir de plantes pour combattre les virus de la grippe aviaire. Avec ce vaccin, ils espèrent pouvoir bientôt élaborer une nouvelle méthode permettant de maîtriser et de prévenir les pandémies de grippe aviaire.

(ipk / wi)