Gerd Muller, ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement, présente le Plan Marshall pour l’Afrique à Berlin. <br/> Photo: BMZ, Michael Gottschal/phototek.net

Gerd Muller, ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement, présente le Plan Marshall pour l’Afrique à Berlin.
Photo: BMZ, Michael Gottschal/phototek.net

Un Plan Marshall avec l’Afrique

Le ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement a présenté, dans le cadre de la présidence allemande du G20, en 2017, un ‘Plan Marshall avec l’Afrique’ selon lequel les ‘pays partenaires favorables aux réformes’ bénéficieront d’un soutien accru. Gerd Muller, ministre fédéral, a également plaidé pour un accroissement des investissements du secteur privé en Afrique.

À la mi-janvier, Gerd Muller, ministre fédéral de la Coopération économique et du Développement, a présenté les grandes lignes d’un ‘Plan Marshall avec l’Afrique’ à la Commission de la coopération économique et du développement du Bundestag. « Nous devons collaborer de manière entièrement nouvelle avec l’Afrique, » a-t-il déclaré. « Nous voulons créer des partenariats de réforme avec les pays favorables aux réformes. Tous ceux qui luttent contre la corruption, mettent en place des systèmes fiscaux, investissent dans l’éducation et font pression pour l’égalité des genres peuvent s’attendre à un soutien accru de notre part. Une politique de développement, à elle seule, n’est pas la solution au problème posé ; ce dont l’Afrique a besoin, ce sont des emplois que seul le secteur privé peut créer –  de la valeur ajoutée locale au lieu de l’exploitation. En Afrique, ce ne sont pas les opportunités qui manquent, y compris pour les entreprises allemandes, » a souligné Gerd Muller lorsqu’il a présenté le projet à Berlin.
  
Invitation à dialoguer avec les partenaires africains , politiciens, universités, société civile   
  
Selon le ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ), les grandes lignes d’un Plan Marshall avec l’Afrique constituent la base de l’examen d’une future coopération avec le continent. Les partenaires africains et européens de la politique de développement allemande, ainsi que le secteur privé, les universités et instituts de recherche, les organisations religieuses et les responsables des orientations politiques, sont invités à examiner et affiner les propositions et approches décrites dans les grandes lignes. Le BMZ organisera plusieurs manifestations à cet égard et invite toutes les parties concernées à dialoguer en ligne.
 
Par ailleurs, M. Muller a annoncé qu’en mettant en œuvre ce changement de paradigme, le BMZ offrira aux pays partenaires favorables aux réformes un soutien plus important que par le passé. Le ministère a l’intention d’investir, pour le développement de ces pays, 20 pour cent des fonds allemands consacrés au développement de l’Afrique. La politique de développement allemande encouragera ainsi un développement durable conçu de manière autonome.
  
Du point de vue du BMZ, 2017 déterminera de manière décisive l’avenir de la politique africaine. L’Union européenne étudie un nouveau concept pour l’Afrique. L’Afrique est le principal objectif de la présidence allemande du G20. Les flux financiers illégaux, qui coûtent aux pays en développement jusqu’à 100 milliards de dollars US par an, constituent un autre problème central.

Pour en savoir plus :

Projet de Plan Marshall, en français

(BMZ/wi)