Les partenaires africains et européens de la politique de développement allemande, ainsi que le secteur privé, les universités et instituts de recherche, les organisations religieuses et les responsables des orientations politiques, sont invités à examiner et affiner les propositions et approches décrites dans les grandes lignes. Le BMZ organisera plusieurs manifestations à cet égard et invite toutes les parties concernées à dialoguer en ligne.
 
Par ailleurs, M. Muller a annoncé qu’en mettant en œuvre ce changement de paradigme, le BMZ offrira aux pays partenaires favorables aux réformes un soutien plus important que par le passé. Le ministère a l’intention d’investir, pour le développement de ces pays, 20 pour cent des fonds allemands consacrés au développement de l’Afrique. La politique de développement allemande encouragera ainsi un développement durable conçu de manière autonome.
  
Du point de vue du BMZ, 2017 déterminera de manière décisive l’avenir de la politique africaine.