Dans le cadre d'un projet conjoint avec la Direction du développement et de la coopération suisse (DDC), la Haute école spécialisée bernoise étudie les possibilités d'utiliser les 5 millions de tonnes de fibres de coco mises au rebut chaque année pour produire des panneaux de fibres innovants.
Photo: © BFH

La recherche suisse met au défi des problèmes globaux

La Direction du développement et de la coopération (DDC) lance un nouveau programme de recherche pour le développement avec un partenaire de longue date, le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS). Le programme soutient une recherche scientifique d’excellence au service de la résolution pratique de problèmes mondiaux. Le programme contribue directement à la réalisation des objectifs des stratégies de politique étrangère et de coopération internationale.

Aux Philippines, il est un produit phare que l’on rencontre partout. La noix de coco est l’une des cultures les plus importante du pays. Si les Cocos nucifera foisonnent, ce n’est pas le cas des logements. Le pays a un déficit estimé à plusieurs millions d’habitations, essentiellement pour les personnes aux bas revenus.

Le projet Cocoboards propose une solution. Mis en place grâce au programme « r4d » proposé conjointement par la Direction du développement et de la coopération (DDC) et son partenaire de longue date, le Fonds national suisse de la recherche scientifique (FNS), le projet a permis le développement et la mise en œuvre d’une technologie respectueuse de l'environnement. Chercheurs suisses et philippins ont transformé des coques vides de noix de coco, normalement mises au rebut, en matériau de construction local, économique et écologique.

Nouveau programme début 2022
 

Sécurité alimentaire, santé, écosystèmes, emploi, conflits sociaux : le programme dont fait partie Cocoboards a permis de mener avec succès une bonne cinquantaine de projets dans 50 pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

Développer des engrais organiques en Afrique du Nord, mettre les technologies portables au service de la santé au Nigeria, en Zambie et en Afrique du Sud, développer l’énergie thermique en Mongolie ou travailler sur l’accès au marché de l’emploi au Burkina Faso et au Togo sont quelques-uns de ces projets. Le programme a misé avec succès sur des partenariats transnationaux et le développement de nouvelles connaissances. Il se terminera en 2023.

Forts de la réussite de r4d, la DDC et le FNS lancent conjointement en ce début d’année 2022, le nouveau programme SOR4D « Solution-oriented research for development programme ». L’objectif consiste toujours à développer des projets dans les pays en développement et à contribuer à un développement durable au bénéfice des plus démunis. Le nouveau programme va plus loin. Pour la DDC et le FNS, il s’agit de rendre la recherche pour le développement encore plus performante, durable et pratique. 

Programme transdisciplinaire au bénéfice de la recherche suisse
 

La spécificité du nouveau programme est d'impliquer la communauté scientifique suisse. Près de 80 pour cent de l'engagement de la DDC en matière de recherche s'adressent à la communauté scientifique internationale. Le nouveau programme souhaite exploiter et promouvoir le grand potentiel des institutions de recherche suisses publiques et privées actives dans le domaine de la recherche et du développement.

Un appel d’offre sera lancé prochainement. La qualité scientifique et la pertinence pour le développement seront indispensables pour intégrer SOR4D. Le programme s’engage pour une recherche transdisciplinaire où la recherche et les acteurs du développement cheminent ensemble, depuis l’identification des besoins de recherche jusqu’à la mise en œuvre des résultats. Les projets seront menés en partenariat avec des chercheurs des pays en développement impliqués, ainsi qu'avec des acteurs publics ou privés du développement.

SOR4D couvrira la période 2022-2026, pour un investissement de la DDC à hauteur d’environ 19 millions CHF. 

Valeur ajoutée de la recherche pour le développement
 

Depuis des décennies, la DDC mise sur la recherche et collabore avec des institutions internationales de recherche, des universités et des hautes écoles suisses. Elle consacre environ 45 millions CHF par an à des projets de recherche afin de promouvoir un développement durable global sans pauvreté.

« Nous pouvons nous appuyer sur une longue et riche expérience en matière de coopération scientifique. C’est là un outil important pour améliorer l'efficacité, l'efficience et la durabilité du travail de la DDC et atteindre les objectifs de politique étrangère », souligne Christian Frutiger, vice-directeur de la DDC et chef du domaine Coopération globale.
(DDC/wi)

Liens :

Programme SOR4D

Programme r4d

Stratégie de politique extérieure 2020–2023 de la Suisse 

Fiche signalétique du projet de recherche « Cocoboards » de la DCC et de la Haute école spécialisée bernoise 

 

 

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings