Cette technique permet de reboiser de vastes superficies de terres dégradées en peu de temps.
Photo: © World Vision

Succès de la méthode de reforestation FMNR

Selon World Vision, la méthode de reforestation FMNR (régénération gérée par les agriculteurs) a créé un million d’hectares de nouvelles forêts. Elle a contribué à améliorer le microclimat et à relever le niveau de vie de la population des régions concernées.

En mars 2015,  World Vision, œuvre caritative internationale pour les enfants, a déclaré qu’un million d’hectares de terres dégradées sont retournées à la nature grâce à l’application de la méthode de régénération naturelle gérée par les agriculteurs (farmer managed natural regeneration – FMNR).

Cette méthode a permis de créer de nouvelles zones forestières sur de grandes superficies dans des pays tels que le Niger, l’Éthiopie, le Kenya, le Ghana, le Sénégal et le Timor oriental. Les agriculteurs appliquant la méthode FMNR sur leurs terres peuvent améliorer leurs rendements jusqu’à 100 pour cent.

Selon les experts agricoles de World Vision, la réussite de la méthode FMNR tient à l’existence d’un système radiculaire naturel vivant. Cette technique permet de reboiser de vastes superficies de terres dégradées en peu de temps. De nouveaux arbres et buissons commencent à pousser en un an seulement.

Au Niger, plus de 200 millions d’arbres prospèrent actuellement grâce à la méthode FMNR, et leur nombre augmente chaque année. Dans le sud de l’Éthiopie, une zone de 2 728 hectares a été reboisée. Grâce au système d’échange de quotas d’émission, le projet produit un revenu supplémentaire pour les personnes vivant dans la région. Les communautés investissent l’argent dans la construction d’une grange ou d’un moulin à grains ou achètent un camion pour transporter les marchandises sur le marché. La vente de fruits, de fourrage et de bois de chauffage collectés dans la forêt constitue un revenu supplémentaire. Le microclimat s’est également amélioré. Dans le nord de l’Éthiopie, la nouvelle forêt couvre actuellement 20 000 hectares de terres et a contribué à relever le niveau des eaux souterraines.

(World Vision/ile)