Les femmes en Ethiopie. L’Ethiopie est confrontée à la pire des sécheresses depuis des décennies. <br/> Photo: ©FAO/Tamiru Legesse
Les femmes en Ethiopie. L’Ethiopie est confrontée à la pire des sécheresses depuis des décennies.
Photo: ©FAO/Tamiru Legesse
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
L’ONU entend renforcer les actions visant à pallier les terribles effets d’El Niño en Afrique et en Asie/Pacifique et appelle à une bonne préparation face à La Niña. Sur les 60 millions de personnes ou plus touchées par El Niño, un grand nombre sont extrêmement vulnérables aux répercussions probables de La Niña.

En juillet 2016, de hauts responsables des Nations unies (ONU) ont appelé les Etats et la communauté internationale à renforcer au plus vite leurs efforts conjugués pour éviter plus de souffrances aux populations, renforcer leur résilience et préserver leurs moyens de subsistance  suite aux effets dévastateurs d’El Niño partout dans le monde.
 
Il est prévu qu’à l’échelle de la planète, plus de 60 millions de personnes, dont environ 40 millions dans les seules Afrique de l’est et Afrique australe, auront à souffrir d’insécurité alimentaire en raison de l’impact du phénomène climatique El Niño.
 
Les régions les plus durement touchées sont la Corne de l’Afrique, l’Afrique australe, le couloir sec d’Amérique centrale, les îles de la Caraïbe, l’Asie du sud-est et les îles du Pacifique. 
 
Plus de 100 millions de personnes risquent d’être touchées par les effets combinés d’El Niño/La Niña 
 
Les scientifiques prédisent la probabilité accrue de voir se développer le phénomène climatique inverse : La Niña.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>