Situation et tendances de l’adaptation en Afrique 2022

Selon un récent rapport, il faut accroître le financement de l’adaptation au changement climatique en Afrique. Il fait également des recommandations sur l’augmentation du volume et de l’efficacité des flux financiers.

Selon le rapport sur l’état et les tendances de l’adaptation en Afrique (State and Trends in Adaptation Report 2022), le continent est confronté à un cruel déficit en matière de financement de l’adaptation au changement climatique. Ce rapport a été publié par le Global Center on Adaptation (GCA, centre mondial sur l’adaptation) au début de novembre 2022.

La publication révèle que, à moins d’un accroissement du financement de l’adaptation au changement climatique, le montant cumulé des fonds d’adaptation au changement climatique jusqu’en 2030 représentera moins d’un quart des besoins prévisionnels énoncés par les pays africains dans leurs contributions déterminées au niveau national (CDN).

En 2019 et 2020, on estime que 11,4 milliards USD ont été affectés au financement de l’adaptation au changement climatique en Afrique, plus de 97 pour cent de ces fonds provenant des acteurs du secteur public et moins de 3 pour cent d’acteurs du secteur privé. C’est considérablement moins que les 52,7 milliards USD dont on pense que les pays africains auront besoin, chaque année, d’ici à 2030.

Pour augmenter le volume et l’efficacité des flux financiers destinés à cette fin en Afrique au cours de la prochaine décennie, le rapport fait un certain nombre de recommandations. 

  • Les institutions financières doivent intégrer la notion de résilience dans les investissements qu’elles réalisent.
  • Les décideurs politiques et les autres parties prenantes doivent créer un environnement favorable aux investissements en matière d’adaptation.   
  • L’innovation financière pour l’adaptation doit refléter les politiques nationales et les conditions du marché.  

Le rapport formule des recommandations d’adaptation des politiques dans des domaines clés tels que l’élevage, l’agriculture, les villes, les solutions basées sur la nature, l’économie bleue et l’érosion côtière. Il donne en outre des conseils et fait des recommandations sur l’adaptation aux effets du changement climatique et sur le renforcement de la résilience aux chocs climatiques. Il souligne la réussite d’initiatives d’adaptation prises par le Programme d’accélération de l’adaptation en Afrique (Africa Adaptation Acceleration Program – AAAP) et susceptibles d’être reproduites et exploitées à plus grande échelle. Il aborde enfin la question clé des politiques, des compétences et des déficits financiers à laquelle il faut répondre pour que l’adaptation soit efficace et qu’elle profite à ceux qui en ont le plus besoin.

(GCA/ile)

Pour en savoir plus et télécharger le rapport sur le site Web du GCA à l’adresse (en anglais)

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings