En Mauritanie, le programme mondial en faveur de la pêche et de l’aquaculture durables met l’accent sur la gestion durable de la pêche
Photo: © GIZ

SEWOH – le programme mondial en faveur de la pêche et de l’aquaculture durables

Le programme mondial en faveur de la pêche et de l’aquaculture durables fait partie intégrante de l’initiative spéciale « One World – No Hunger » (SEWOH) du gouvernement allemand. Ce programme aide les populations locales des pays africains à mieux s’approvisionner en produits de la pêche de qualité et y avoir plus facilement accès.

Les produits de la pêche sont une source vitale de protéines de haute qualité, d’oligo-éléments et de vitamines. Ce sont donc des instruments de lutte contre la faim et la malnutrition. L’emploi dans le secteur de la pêche et de l’aquaculture assure la subsistance de millions de familles, notamment dans les pays en développement. Toutefois, les ressources aquatiques subissent actuellement une pression croissante, certains stocks halieutiques étant déjà surexploités. La gestion durable de la pêche et de l’aquaculture artisanales et la lutte contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée (IUU) sont cruciales pour garantir la disponibilité de ces ressources aux générations futures.

L’initiative spéciale « Un seul monde sans faim » (SEWOH) du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) s’est fixé comme objectif de réduire la pauvreté extrême et la faim. Le programme mondial « pêche et aquaculture durables » contribue à la réalisation de ces objectifs en améliorant l’approvisionnement en produits de la pêche de haute qualité et en veillant à ce que les populations locales y aient accès. Il contribue également de manière conséquente à l’amélioration des opportunités locales de création de revenus et, ce faisant, à améliorer les moyens de subsistance des populations locales. Ce programme accorde une attention particulière aux groupes de population vulnérables et marginalisés.

Au nom du BMZ, la GIZ met en œuvre le programme de pêche et d’aquaculture durables dans quatre pays africains : en Ouganda et en Mauritanie, les activités sont axées sur la gestion de la pêche durable, alors qu’à Madagascar et au Malawi, les interventions mettent l’accent sur l’aquaculture durable. Le programme vise à accroître les prises de poissons et les revenus tirés des activités de la pêche et de l’aquaculture artisanales durables et respectueuses des ressources au profit des populations exposées à l’insécurité alimentaire et s’emploie également à réduire les prises provenant de la pêche IUU.

Mettre l’accent sur l’exploitation durable des ressources : l’eau et la terre

Les activités sont adaptées aux besoins particuliers des différents pays. Pour ce qui est de l’aquaculture, par exemple, les petits exploitants agricoles bénéficient de conseils sur la façon de mettre en œuvre des pratiques de gestion améliorées : ils apprennent à utiliser l’eau, la terre et les intrants alimentaires de manière durable et, parallèlement, à améliorer la productivité. Ces mesures contribuent également à la protection des ressources dans les zones rurales.

Dans le domaine de la pêche, le programme collabore étroitement avec les autorités de la pêche et les gouvernements nationaux en vue d’améliorer les conditions-cadres, d’instaurer l’enregistrement des bateaux et la mise en place de mécanismes de contrôle, et de créer des instances de conseil dans les différents pays. Des campagnes de sensibilisation axées sur la valeur nutritionnelle des produits de la 

Friederike Sorg et Corinna Dax, Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) GmbH, Bonn, Allemagne