Remise en cause des lois foncières et semencières

Les auteurs de ce rapport, publié par l’ONG GRAIN et AFSA, examinent la privatisation des terres et des semences en Afrique et les conséquences de cette évolution pour le secteur agricole africain.

« Une bataille fait rage autour du contrôle des ressources en Afrique : la terre, l'eau, les semences, les minéraux, les minerais, les forêts, le pétrole ou les sources d'énergie renouvelables. L'agriculture est l'un des principaux théâtres de cet affrontement. Des gouvernements, des entreprises, des fondations et des organismes de développement font pression pour commercialiser et industrialiser l'agriculture africaine ».
Dans la publication « Remise en cause des lois foncières et semencières: qui tire des ficelles des changement en Afrique ?», l’ONG GRAIN et l’Alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique (AFSA) défendent la thèse que les gouvernements, les entreprises, les fondations et les organismes de développement ne se contentent pas d'injecter des quantités d'argent considérables pour transformer l’agriculture africaine, mais qu’ils contribuent à changer les lois sur les terres agricoles et les semences pour les adapter à la stratégie de l'agrobusiness. Plusieurs initiatives, comme le Millennium Challenge Corporation (MCC), la Nouvelle alliance du G8 et l’initiative sur les politiques foncières de l’Union Africaine, sont passées à la loupe.

Selon les auteurs, la plupart des initiatives visant à changer les lois foncières actuelles proviennent de l’extérieur de l’Afrique. Pour ce qui est des lois sur les semences, la situations et inversée. Les organismes africains sous-régionaux – SADC (Communité de développement de l’Afrique australe), COMESA (Marché commun de l’Afrique orientale et australe), OAPI  (Organisation panafricaine de la propriété intellectuelle) et autres – s’efforcent de créer de nouvelles règles pour l’échange et le commerce des semences. Mais le recettes qu’ils appliquent – les restrictions sur la commercialisation des semences et les systèmes de protection des obtentions végétales – sont empruntées directement aux États-Unis et à l’Europe.

(sri)

Télécharger  la publication