Préparation d’un repas pour la famille, Gafati, Niger, 2017.
Photo: ©FAO/Andrew Esiebo
<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>
Selon un groupe d’experts internationaux, le « Groupe de Milan », Il ne sera pas possible d’atteindre les objectifs de développement durable sans une profonde transformation des systèmes alimentaires. Des chercheurs de l’université de Lancaster au Royaume-Uni notent en outre que la production alimentaire mondiale serait suffisante pour satisfaire aux besoins nutritionnels en 2050 à condition que la société s’adapte en profondeur.

« Il n’y aura pas de développement durable sans une profonde transformation des systèmes alimentaires », soulignent les chercheurs du Groupe de Milan. Ils appellent à une transformation profonde des systèmes alimentaires pour relever les Objectifs de développement durable (ODD) et les objectifs de l’Accord de Paris. Aussi, les scientifiques proposent une nouvelle approche décrite dans l’article Food systems for sustainable development: proposals for a profound four-part transformation, qui a été publié dans la revue Agronomy for Sustainable Development en août 2018.
 
Le Groupe de Milan, une équipe informelle d’experts réunie à Milan/Italie en 2015 par le Secrétaire général des Nations unies, a élaboré une stratégie qui repose sur les quatre piliers suivants :

• une évolution drastique des modèles de consommation vers une alimentation saine et raison-née ;
• une plus grande contribution de la production agricole et des filières alimentaires au dévelop-pement durable ;
• une atténuation du changement climatique générée par de nouvelles pratiques agricoles ;
• un ensemble d’actions visant à la renaissance des territoires ruraux.
 
Les chercheurs soulignent que la mise en œuvre de cette transformation repose sur un renouvel-lement de la gouvernance des systèmes alimentaires.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Suivante > Dernière >>