El Niño responsable de la sécheresse au Swaziland Novembre 2016 : le Maputo, plus grand cours d’eau naturel du Swaziland.
Photo: ©FAO/Believe Nyakudjara

Probabilité d’un phénomène El Niño

Il est très probable qu’un phénomène El Niño frappe pendant l’hiver 2018/2019. On s’attend à ce que son intensité soit moindre que par le passé, mais il n’en constitue pas moins une menace, notamment pour les régions qui commencent juste à se remettre des précédents chocs climatiques, par exemple l’Amérique centrale et l’Afrique australe.

Il est probable que le phénomène El Niño se manifeste au cours de l’hiver 2018/2019, mais les experts pensent qu’il sera sans doute de faible intensité. En novembre 2018, l’administration nationale océanique et atmosphérique des États-Unis (US National Oceanic and Atmospheric Administration – NOAA) et l’Agence météorologique du Japon ont déclaré que la probabilité que El Niño se forme et perdure pendant tout l’hiver 2018-2019 de l’hémisphère nord se situe à 80 pour cent.
 
Même s’il est faible, l’épisode El Niño pourrait aggraver la situation alimentaire déjà dramatique de l’Amérique centrale qui en est encore à se remettre des effets désastreux du dernier épisode El Niño (2015/2016). Le dernier El Niño a amplifié les effets de la pire sécheresse qu’ait connue le « couloir sec » d’Amérique centrale depuis des décennies.
 
Mais l’épisode El Niño le plus récent, celui de 2015/2016, le plus violent des 50 dernières années, n’a pas seulement eu un effet dévastateur sur l’Amérique centrale. À l’échelle mondiale, ce sont des millions de personnes qui ont souffert de l’insécurité alimentaire due à l’impact de l’épisode climatique El Niño. La Corne de l’Afrique, l’Afrique australe, le « couloir sec » d’Amérique centrale, les Caraïbes, l’Asie du Sud-Est et les Îles du Pacifique ont été les régions du monde les plus touchées.   
 
L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) prévient qu’en Afrique australe – les épisodes El Niño ayant donné lieu à des périodes de sécheresse dans la majeure partie de la sous-région, et à la suite des mauvaises récoltes de la dernière saison qui ont plongé environ 30 millions de personnes dans l’insécurité alimentaire – un autre choc climatique pendant l’hiver 2018/2019 aurait des conséquences considérables sur les moyens d’existence, la sécurité alimentaire et la nutrition des familles et des communautés les plus vulnérables d’Afrique aus-trale.
 
La FAO a commencé à se préparer pour l’impact potentiel d’El Niño sur la saison de plantation à venir en Afrique australe en organisant à Johannesburg, en novembre 2018, un atelier dont le principal résultat a été la préparation d’un plan d’action sous-régional.
 
Par ailleurs, la FAO a publié un document d’information sur El Niño 2018/19 qui donne un aperçu historique de son impact et les dernières prévisions permettant de mieux comprendre le phéno-mène El Niño et ses effets potentiels sur le secteur agricole dans les différentes régions de la pla-nète. Ce document propose également des recommandations spécifiques d’intervention précoce visant à mieux faire comprendre qu’il est possible d’atténuer les impacts d’El Niño avant qu’ils soient responsables de situations d’urgence à grande échelle en matière de sécurité alimentaire. 

(NOAA/FAO/ile)

FAO 2018/19 El Niño advisory (en anglais): http://www.fao.org/emergencies/ressources/documents/ressources-detail/fr/c/1171095/

En savoir plus sur El Niño (en anglais): www.climate.gov/enso