01.02.2019



L’agroécologie propose un certain nombre de solutions. Elle favorise un abandon progressif des modes d’agriculture basés sur l’énergie fossile utilisés par les générations précédentes et elle cherche à préserver la santé et à réduire l’érosion des sols. De fait, c’est essentiellement en raison de ses avantages environnementaux que les gouvernements et les agences internationales s’intéressent à l’agroécologie. Cette dernière peut être pratiquée à grande échelle mais son recours aux techniques de culture intercalaire et à diverses combinaisons de plantes, d’arbres et d’animaux – afin de rétablir les complémentarités agro-sylvo- pastorales auxquelles l’agriculture moderne a tourné le dos – en fait une méthode particulièrement bien adaptée aux exploitations agricoles relativement petites. En accordant un soutien accru à l’agroécologie, on contribuerait à rééquilibrer la concurrence entre les grandes exploitations industrielles et les petites exploitations agricoles, équilibre qui à l’heure actuelle est considérablement faussé en faveur des premières nommées.

Plus grande diversité, meilleure santé

Sans compter que l’agroécologie favorise une meilleure nutrition, d’abord parce que la plus grande diversité de production entraîne une plus grande diversité de consommation dans les communautés qui assurent leur propre alimentation, et ensuite en raison des avantages prouvés pour la santé.