Dans 17 pays, le niveau d’insécurité alimentaire aigüe est resté inchangé ou a augmenté.

Conflits et insécurité sont les principaux moteurs de la faim

La légère diminution du nombre de personnes confrontées à l’insécurité alimentaire aigüe entre 2017 et 2018 est en grande partie due aux fluctuations des chocs climatiques. Un certain nombre de pays très exposés n’ont pas connu l’intensité des chocs climatiques et des facteurs de stress qu’ils avaient connue en 2017, année où ils ont été confrontés, à divers titres, à de graves épisodes de sécheresse, d’inondation et d’élévation des températures dus au El Niño de 2015-16. Les pays concernés ont été ceux d’Afrique australe et de l’Est, de la Corne de l’Afrique, d’Amérique latine et des Caraïbes, et de la région Asie-Pacifique.

Les conflits et l’insécurité sont restés les principaux moteurs de la crise alimentaire aigüe de 2018. Sur la totalité des personnes confrontées à la famine, 74 millions vivaient dans des pays et territoires exposés à des conflits ou à l’insécurité, pour la plupart en Afrique et en Asie de l’Ouest/ au Moyen Orient.