15.04.2019

»

Contrairement aux objectifs du Millénaire pour le développement, il y a eu une large appropriation locale de l’agenda ODD, ce qui s’est traduit par des efforts concertés de la part de tous les acteurs (gouvernement, donateurs, organisations de la société civile) visant à s’assurer que leurs investissements et actions « n’oubliaient personne ». Ce principe des ODD reconnaît que le monde ne pourra pas résoudre tous les problèmes de développement, humanitaires, de changement climatique, de sécurité et sociaux si les plans et actions de développement excluent la moitié de la population – c’est-à-dire les femmes et les filles. Le rôle des femmes dans la réalisation des ODD n’est plus à démontrer – c’est une priorité !

La discrimination de genre tient encore trop de femmes en retrait et, de ce fait, freine également le développement de notre monde.

 

L’égalité de genre est un droit. Respecter ce droit est la meilleure chance que nous avons de résoudre certains des problèmes les plus pressants de notre temps – des crises économiques et de l’insuffisance des soins de santé, au changement climatique, aux violences faites aux femmes et à l’escalade des conflits.

Non seulement les femmes sont les plus touchées par ces problèmes, mais ce sont également elles qui ont les idées et le potentiel de leadership nécessaires pour les résoudre.