La construction et l’équipement d’infrastructures scolaires et la distribution de kits scolaires aux élèves font partie des actions soutenues par le PME au Bénin.
Photo: ©Anton Ivanov/Shutterstock

Pas de développement durable sans éducation

La Suisse soutient depuis 2008 le Partenariat mondial pour l'éducation, le principal fonds mondial dédié au renforcement de l’éducation dans les pays à faible revenu. Comment s’engage la coopération internationale suisse dans ce domaine?

«Sans éducation, il n'y a pas d'égalité, ni de prospérité ou de développement durable» a affirmé Patricia Danzi, directrice de la Direction du développement et de la coopération Suisse (DDC) au Somment Mondial de l’Education tenu à Londres fin juillet 2021. À cette occasion, la Suisse a annoncé une nouvelle contribution de 52 millions de francs au Partenariat mondial pour l’éducation (PME) pour la période 2021-2025. A travers sa stratégie de coopération internationale, la Suisse reconnaît que l’éducation est un levier déterminant dans la réduction de la pauvreté, mais aussi la base de l’égalité de genre, d’une participation équitable à la vie sociale et politique, comme du développement économique.

Ces éléments constituent le pilier de l'engagement de la DDC dans ce partenariat multilatéral, qui occupe une position essentielle dans la mise en œuvre de l’Objectif du Développement Durable en éducation de l’Agenda 2030. «En partenariat avec le PME, la Suisse soutient les gouvernements dans la réalisation de changements systémiques pour assurer l'éducation des enfants les plus marginalisés, améliorer les résultats d'apprentissage, développer la résilience des systèmes aux crises et s'adapter aux nouveaux défis» a affirmé Alice Albright, Chief Executive Officer du PME. 

Parmi les pays partenaires, plus de la moitié sont des pays d’intervention prioritaires de la DDC, qui dispose de bureaux de coopération sur place. Notamment en Afghanistan et au Bénin, la Suisse s’implique dans plusieurs projets pour l’éducation de base, développés en cohérence avec le cadre national et les appuis du PME. Le principe «Leave no one behind» est au cœur de l’action de la Suisse. 

Le Bénin : Continuité des projets pour un effet durable


La qualité de l’éducation est également un défi en Afrique subsaharienne où près de 60 pour cent des élèves ne savent ni lire ni écrire à la fin de l’école primaire selon la Banque Mondiale. On estime que la moitié de la population africaine aura moins de 15 ans d'ici 2050, rendant d’autant plus cruciale la nécessité d'accélérer l'inclusion et la qualité de l'éducation. Dans cette région, le Bénin est un pays prioritaire de la DDC depuis 1981. Le Bureau de coopération sur place appuie, depuis plusieurs décennies les efforts du gouvernement et des communautés en vue d’un système éducatif efficace.

Sur les lieux, Elisabeth Pitteloud, directrice du Bureau de coopération, et Barnard Vinagbo Agbangla, chargé de programme Education, gèrent de plusieurs projets dans ce domaine, et s’impliquent dans la planification et la gestion des financements du PME. Le Bénin est en effet un pays partenaire du fonds depuis 2007. Il a pu bénéficier de plus de 100 millions de dollars pour la mise en œuvre de son Plan de Développement du Secteur de l’Education. «Le soutien aux campagnes de scolarisation, la construction et l’équipement d’infrastructures scolaires, la contribution au fonctionnement des cantines scolaires et la distribution de kits scolaires aux élèves font partie des principales actions soutenues par le PME pour parvenir à de bons résultats: le taux brut de scolarisation est en effet passé de 98 à 115% entre 2006 et 2016» expliquent les deux spécialistes.

Les résultats encourageants obtenus ont permis au Bénin de bénéficier d’un financement supplémentaire pour la planification de ses activités dans le secteur de l’éducation pour les années suivantes. La DDC a accompagné le gouvernement du Bénin dans sa planification. «Le processus a été entièrement porté par les ministères en charge de l’éducation qui ont bénéficié de diverses formations quant à la planification et la gestion du système éducatif. 

Les critères d’éligibilité définis par le PME pour octroyer de nouvelles subventions aux pays partenaires ont renforcé la gestion participative du système éducatif du Bénin en favorisant l’échange entre l’ensemble des parties prenantes de l’éducation au Bénin. Un tel mécanisme facilite le dialogue politique et accroît le niveau de responsabilité de chacun» continuent les experts de la DDC.

«Continuité des projets pour un effet durable»: voici l’élément central des projets de la DDC, établis et mis en œuvre en cohérence avec le Plan sectoriel béninois et les appuis du PME. Le Programme d’Appui à l’Education et à la Formation des Enfants Exclus du système éducatif (PAEFE) de la DDC, le démontre très bien. Ce programme, démarré en 2011, vise à promouvoir des solutions alternatives d’éducation et équivalentes au cycle primaire, favorisant l'insertion sociales et économiques des jeunes déscolarisés ou non scolarisés, via des passerelles avec le système formel et l’apprentissage. «Cette offre d’éducation alternative s’est accompagnée d’un dialogue politique efficace qui a favorisé l’intégration des alternatives éducatives dans le nouveau Plan Sectoriel Education. A ce jour le PAEFE a soutenu la mise en place et le fonctionnement de 98 centres d’éducation alternatives (centres Barak) qui ont accueilli plusieurs milliers d’enfants déscolarisés ou non déscolarisés âgés de 9 à 15 ans», ajoutent Elisabeth Pitteloud et Barnard Vinagbo Agbangla. 

(DDC/wi)

La Suisse annonce son soutien du Partenariat mondial pour l’éducation pour la periode 2021-2025

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Soyez le premier à faire un commentaire
Cookie settings