Objectif "Faim Zéro": Associer protection sociale et investissements en faveur des pauvres

L'élimination de la sous-alimentation chronique d'ici 2030 est un élément clé de l'Objectif de développement durable numéro deux proposé dans le nouvel agenda de l'après 2015 qui doit être adopté vers la fin de cette année par la communauté internationale. Le rapport de la FAO prévient cependant que si le statu quo est maintenu, plus de 650 millions de personnes continueront de souffrir de la faim en 2030.

Au niveau mondial, l'éradication durable de la faim d'ici 2030 nécessiterait en moyenne 267 milliards de dollars supplémentaires par an à investir à la fois dans les zones urbaines et rurales et dans la protection sociale afin que les pauvres aient accès à la nourriture en quantités suffisantes et puissent améliorer leurs moyens d'existence, selon un nouveau rapport des Nations unies. Cela équivaut à débourser 160 dollars de plus par an sur une période de 15 ans pour chaque personne vivant dans l'extrême pauvreté.
Le rapport est élaboré par la FAO, le FIDA et le PAM. Il note qu'en dépit des progrès réalisés au cours des décennies récentes, près de 800 millions de personnes, des ruraux pour la plupart, n'ont toujours pas assez à manger aujourd'hui.

L'élimination de la sous-alimentation chronique d'ici 2030 est un élément clé de l'Objectif de développement durable numéro deux proposé dans le nouvel agenda de l'après 2015 qui doit être adopté cette année par la communauté internationale. L'élimination de la sous-alimentation chronique figure également au cœur du Défi Faim Zéro dont le Secrétaire général de l'ONU s'est fait le chantre.

« Le message du rapport est clair: si nous maintenons le statu quo, nous aurons encore en 2030 plus de 650 millions de personnes souffrant de la faim. Voilà pourquoi nous préconisons une approche qui associe la protection sociale à des investissements ciblés supplémentaires dans le développement rural, l'agriculture et les zones urbaines qui profitent essentiellement aux pauvres », a souligné M. José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO.

(FAO/FIDA/PAM /wi)

Lire le rapport (en anglais)