Village de Kochunoi, Ouganda, à proximité de la frontière avec le Kenya, 2020. Il faut en savoir plus sur les moyens d’existence en milieu rural pour lutter contre la pauvreté.
Photo: © FAO/Luis Tato

Méthode améliorée de mesure de la pauvreté en milieu rural

En fournissant plus de données spécifiques sur les moyens d’existence des populations, l’indice de pauvreté multidimensionnelle en milieu rural peut servir d’outil pour les décideurs politiques et d’instrument de contrôle pour les projets et programmes qui cherchent à lutter contre la pauvreté en milieu rural.

Pour pouvoir prendre les décisions qui s'imposent pour atteindre les Objectifs de développement durable, il est essentiel de disposer d’ informations sur les conditions dans lesquelles vivent les populations. La majorité des personnes touchées par la pauvreté vit dans des zones rurales, mais il est difficile de trouver des informations fiables et harmonisées sur leur nombre et leurs conditions de vie.

Afin de remédier à ces lacunes qui entravent la lutte contre la faim dans le monde, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a présenté, en février 2022 et en collaboration avec l’Initiative d’Oxford sur la pauvreté et le développement humain, un nouvel outil : l’indice de pauvreté multidimensionnelle en milieu rural (IPM-R).

Cet indice améliore les méthodes actuellement utilisées pour mesurer la pauvreté en milieu rural en examinant de plus près les possibilités qui se présentent aux populations rurales en matière de sécurité alimentaire, de qualité de la nutrition, d’éducation et de niveau de vie. La FAO et l’Initiative ont en outre ajouté deux aspects fondamentaux qui affectent particulièrement la vie de ces populations : l’accès (ou le manque d’accès) à des moyens de production agricole adaptés, l’exposition aux risques environnementaux et à d’autres risques, et la sécurité sociale.

L’indice IPM-R part du principe qu’à elle seule, une dimension, par exemple le revenu des ménages, ne suffit pas à rendre compte de la pauvreté en zone rurale. Aujourd’hui, on s’accorde largement à reconnaître que la détresse est loin de se limiter à un compte bancaire vide.

On retrouve déjà cette idée dans l’indice mondial de pauvreté multidimensionnelle (IPM) lancé en 2010 par le Programme des Nations unies pour le développement et l’Initiative sur la pauvreté et le développement humain, qui a été appliqué, en 2021, à 109 pays représentant 5,9 milliards de personnes.

Le nouvel indice, qui élargit le champ de l’indice mondial, comprend également une combinaison novatrice de données géospatiales et de données issues d’enquêtes de sorte à quantifier l’exposition des habitants des zones rurales aux risques de sécheresse, d’inondation ou de vagues de chaleur.

Le rapport publié conjointement par la FAO et l’Initiative, après avoir mis l’indice à l’essai en s’appuyant sur des enquêtes menées récemment auprès des ménages en Éthiopie, au Malawi, au Niger et au Nigéria, démontre l’utilité de ce nouvel outil.

D’après le rapport, l’IPM-R est capable de recueillir des informations autres que celles obtenues au moyen d’outils de mesures monétaires et multidimensionnelles qui ne tiennent pas compte des conditions propres aux zones rurales. D’un point de vue statistique, les dimensions intégrées dans la mesure se sont révélées efficaces. La superposition des privations monétaires et non monétaires est notable, mais l’IPM-R permet d’aller plus loin. Au Malawi, par exemple, jusqu’à 14 pour cent des pauvres en milieu rural recensés par le nouvel indice n’étaient pas considérés comme pauvres par le système de mesure monétaire.

L’IPM-R a aussi été mis à l’essai sur le terrain, notamment dans 64 zones rurales du Malawi. On a demandé à des habitants de ces zones de donner leur avis sur les dimensions comprises dans l’IPM-R, sur la base de leur quotidien, et de définir avec leurs propres mots les difficultés et la pauvreté en milieu rural. Si la plupart des dimensions proposées étaient considérées comme cruciales, d’autres, notamment l’état d’esprit ou l’apparence physique, ont aussi été évoquées. Dans des enquêtes à grande échelle, il n’est pas toujours facile d’obtenir des informations sur l’ensemble de ces dimensions, mais elles ont permis de mettre au jour des données importantes quant aux limites des mesures monétaires et à l’importance de disposer de mesures adaptées aux contextes ruraux.

(FAO/ile)

Pour en savoir plus, consulter le site web de la FAO 

Commentaires sur les nouvelles

Ajoutez un commentaire

×

Le nom est requis!

Enter valid name

Une adresse e-mail valide est requise!

Enter valid email address

Un commentaire est requis!

Captcha Code Can't read the image? Click here to refresh

Captcha is required!

Code does not match!

* Ces champs sont obligatoires.

Commentaires:

  • user
    Nguélé Nguélé Alin February 23, 2022 At 5:18 am
    Bonjour,cette nouvelle approche nous plaît beaucoup étant donné que nous l'avons anticipé et mise en valeur dans notre programme de dynamique transformationnielle que nous implimentons à l''Est-Cameroun en notre qualité d'organisme d'appui aux populations.
    APID notre association leader a inclu le recueil:pas informé,pas formé,ne bénéficie pas des subventions ni de près,n'est pas suivi et évalué,n'est pas organisé.
    Nous avons alors conçu un concept novateur de développement local Organisation Villageoise que nous implimentons dans 18 villages de 06 communes à l'Est-Cameroun.
    Merci
Cookie settings