08.08.2017

Cinq pays, à savoir la Chine, l’Inde, le Pakistan, le Mexique et l’Iran, représentent la plus grande partie de ces surfaces cultivées.

Ces nouveaux résultats viennent remplacer une estimation de 2004 souvent citée, qui reposait sur des études de cas menées dans quelque 70 pays et sur des avis d’experts, selon laquelle la superficie irriguée avec des eaux usées s’élèverait à un maximum de 20 millions de hectares. « Le fait de savoir mieux appréhender où, pourquoi et dans quelle mesure les agriculteurs utilisent les eaux usées pour irriguer, est un pas important vers la maîtrise du problème », explique le deuxième auteur de l’étude, Pay Drechsel, collaborateur de l’International Water Management Institute (IWMI). « Alors que les actions visant à protéger la santé humaine sont la première priorité, nous pouvons également limiter les risques au travers d’un grand nombre d’approches éprouvées qui visent à récupérer et à réutiliser en toute sécurité les précieuses ressources se trouvant dans les eaux usées.