08.08.2017

Cela inclut des mesures améliorées de traitement des eaux usées, mais également des mesures préventives au niveau des exploitations et de la transformation des aliments, étant donné que la capacité de traitement des eaux usées ne progresse que lentement dans les pays en développement.

Selon l’étude de l’IWMI, l’utilisation d’eaux usées par les agriculteurs prédomine dans les régions où la production d’eaux résiduaires et la pollution de l’eau sont importantes. Dans ces situations et là où l’approvisionnement en eau plus salubre est déficitaire, les eaux usées offrent un moyen évident et fiable d’irriguer les champs, y compris les cultures de valeur, telles que les légumes, qui souvent exigent des quantités d’eau plus importantes que les denrées vivrières de base. Quand des eaux usées brutes sont disponibles, les agriculteurs préfèrent les utiliser car elles contiennent d’importantes quantités d’éléments nutritifs, qui peuvent réduire les besoins d’appliquer des fertilisants achetés. Dans la plupart des cas cependant, l’utilisation de ces eaux usées par les agriculteurs est motivée par des besoins élémentaires ; ils n’ont tout simplement pas d’autres alternatives.