Quand les disponibilités en eau salubre se font rares, les eaux usées, même polluées, sont un moyen évident et fiable pour irriguer les champs.
Photo: © Can Stock Photo / pantkmutt

08.08.2017

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Suivante > Dernière >>
Selon une nouvelle étude publiée par l’International Water Management Institute – IWMI, l’utilisation d’effluents urbains non traités pour irriguer les cultures en aval est de 50 pour cent plus répandue que ce que l'on estimait auparavant. Le nombre de consommateurs exposés à des risques de santé s’élevant à 885 millions de personnes, l’étude demande que des investissements urgents soient réalisés dans l’amélioration des services d’assainissement.

Selon une nouvelle étude de l’International Water Management Institute – IWMI, Colombo/Sri Lanka, publiée dans le journal Environmental Research Letters, l’utilisation d’effluents urbains non traités pour irriguer les cultures en aval est de 50 pour cent plus répandue que ce que l’on estimait auparavant.

L’étude s’appuie sur des méthodes avancées de modélisation pour offrir la première estimation véritablement exhaustive de l’utilisation mondiale d’effluents urbains d’eaux usées sur les surfaces agricoles irriguées. Plutôt que de dépendre des résultats d’études de cas, comme ils le faisaient auparavant, les chercheurs ont analysé les données au moyen de systèmes d’information géographique (SIG).

Pour la première fois, les chercheurs de l’IWMI ont également évalué la « réutilisation indirecte » qui se produit quand des eaux usées sont diluées mais constituent malgré tout une part importante des flux d’eaux de surface. De telles situations représentent la majorité des réutilisations d’eau agricole dans le monde, mais il a été difficile de les quantifier au niveau mondial en raison des points de vue divergents sur ce que sont les eaux usées diluées par opposition aux eaux polluées.

Considérant que la sécurité alimentaire des consommateurs doit avoir la priorité absolue, les auteurs de l’étude insistent sur la nécessité d’atténuer les risques pour la santé publique en prenant des mesures tout au long de la chaîne d’approvisionnement en produits alimentaires.

<< Première < Précédente Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Suivante > Dernière >>