Grâce à l’Initiative du cajou africain, les revenus des petits producteurs ayant bénéficié d’une formation ont augmenté de 120 dollars US. <br/> Erik Cleves Kristensen (flickr)

Grâce à l’Initiative du cajou africain, les revenus des petits producteurs ayant bénéficié d’une formation ont augmenté de 120 dollars US.
Erik Cleves Kristensen (flickr)

L’Initiative du cajou africain du BMZ reçoit le prix CAD de l’OCDE

L’Initiative du cajou africain du ministère fédéral allemand de la Coopération économique et du Développement (BMZ) a, cette année, obtenu le prix CAD de l’OCDE. Le Comité d’aide au développement (CAD) de l’Organisation de coopération et de développement économiques récompense ainsi des innovations ayant obtenu des effets de large portée au-delà de leur phase pilote.

L’Initiative du cajou africain a été  lancée il y a sept ans par le BMZ et  a pour objectif d’accroître le revenu de plus de 400 000 producteurs agricoles dans cinq pays africains, d’améliorer leur compétitivité et de renforcer la transformation des noix en Afrique afin d’assurer que la valeur ajoutée ainsi créée reste dans les pays producteurs. Les pays ciblés sont le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Mozambique.
 
Grâce à l’Initiative du cajou africain, les revenus des petits producteurs ayant bénéficié d’une formation ont augmenté de 120 dollars US (USD) par an, a expliqué le BMZ. Il s’agit là d’un accroissement considérable quand on sait que le revenu annuel d’un petit exploitant agricole s’élève actuellement entre 120 et 450 USD. La qualité des noix de cajou s’est également améliorée et le rendement par hectare s’est considérablement accru, cette augmentation atteignant parfois jusqu’à 80 pour cent. Les petits producteurs, organisés pour la plupart au sein d’associations, sont ainsi devenus plus compétitifs sur le marché international. L’Initiative leur dispense également des connaissances en gestion d’entreprise en les formant, par exemple, à la négociation avec des commerçants.
 
« Les usines soutenues par l’Initiative ont pu multiplier par six leur capacité de transformation et la transformation locale a doublé en passant de cinq à dix pour cent », constate le BMZ. La transformation des noix de cajou dans le pays sera encore développée davantage grâce à l’Initiative. Les quelque 1,5 million de petits producteurs de noix de cajou en Afrique réalisent près de la moitié de la production mondiale de noix de cajou.
 
Selon le BMZ, le projet sera étendu à d’autres pays dans la troisième phase qui démarrera prochainement afin d’atteindre au moins un million de petits producteurs. L’Initiative du cajou africain fait partie intégrante d’un programme multi-pays qui, en plus de filière cajou, vise à promouvoir les chaînes de valeur du coton, du cacao et du riz.
 
(epo/wi)

Pour en savoir plus :
Lien vers le site internet de l’Initiative du cajou africain