L’état de la population mondiale 2016: Investir dans les filles!

Selon le Fonds des Nations Unies pour la population, investir dans les filles âgées de 10 ans pourrait apporter des milliards de dollars aux économies nationales : Les pays en développement pourraient obtenir un dividende de 21 milliards de dollars par an si toutes les filles âgées de 10 ans achevaient leurs études secondaires.

Dans L’État de la population mondiale 2016, publié en octobre 2016, le Fonds des Nations Unies pour la population avertit que le mariage forcé, le travail des enfants, les mutilations génitales féminines et d’autres pratiques qui portent atteinte à la santé et aux droits des filles menacent l’ambitieux programme de développement mondial.

Le rapport note que sur les 125 millions de jeunes âgés aujourd’hui de 10 ans, 60 millions sont des filles, qui sont systématiquement défavorisées au niveau mondial alors qu’elles traversent l’adolescence pour atteindre l’âge adulte. Les filles ont une moindre chance que les garçons d’achever l’enseignement secondaire et universitaire, sont plus exposées à connaître un état de santé physique et mental médiocre, et auront plus de mal à obtenir des emplois rétribués.

Les pratiques qui nuisent aux filles et violent leurs droits fondamentaux – dès l’âge de 10 ans – les empêchent de réaliser pleinement leur potentiel en tant qu’adultes et de contribuer au progrès économique et social de leurs communautés et nations. En l’absence de leur contribution, le Programme de développement durable à l’horizon 2030 et ses 17 Objectifs de développement durable pourraient bien n’être pas menés à leur terme.

Dix ans est partout un moment capital dans la vie des filles, car la puberté approche. Dans certaines parties du monde, une fille qui traverse la puberté est soudain vue comme une marchandise qu’il est possible d’acheter, vendre ou échanger, ainsi que le montre le rapport de l’UNFPA. Elle peut être forcée de contracter mariage, enlevée de l’école et supposée commencer à porter des enfants et entrer dans une servitude qui durera toute sa vie.

Selon le rapport, l’éventail des options politiques de valeur démontrée qui s’ouvrent aux gouvernements s’est élargi au cours de la décennie écoulée. Elles consistent entre autres à mettre hors-la-loi les pratiques nuisibles, comme les mariages d’enfants, et à verser des montants en espèces aux parents de filles de condition très modeste afin de défrayer les coûts de la scolarisation et, ainsi, de prolonger celle-ci. Elles consistent aussi à offrir une formation aux aptitudes à la vie pratique et une éducation sexuelle complète, adaptée à leur âge, aux filles qui approchent de la puberté.

« La manière dont nous investissons dans les filles âgées de 10 ans et les soutenons aujourd’hui déterminera le visage de notre monde en 2030 », déclare le Dr. Osotimehin. « Avec l’appui de sa famille, de sa communauté et de sa nation, et avec la pleine concrétisation de ses droits, une fille âgée de 10 ans peut s’épanouir et aider à l’avènement de l’avenir que nous voulons tous. » 

Principales statistiques

  • Neuf filles sur dix âgées de 10 ans vivent dans les pays en développement, et une sur cinq vit dans l’un des pays les moins avancés: parmi ces dernières, une sur cinq se trouve en Inde, et une sur huit en Chine.
  • Chaque année d’enseignement assure aux filles une augmentation de 11,7 pour cent de leur rémunération dans la suite de leur vie (contre 9,6 % aux garçons). Pourtant, 16 millions de filles âgées de 6 à 11 ans n’iront jamais à l’école, soit le double du nombre de garçons dans le même cas.
  • Si toutes les filles âgées de 10 ans qui quittent l’école ou ne la fréquentent pas dans les pays en développement achevaient l’enseignement secondaire, il en résulterait un dividende de 21 milliards de dollars par an.
  • Une fille sur 10 âgée de 5 à 14 ans passe plus de 28 heures par semaine à des besognes ménagères, soit deux fois plus de temps que les garçons. Trois filles sur quatre qui travaillent ne sont pas rémunérées.
  • Chaque jour, environ 47 700 filles sont mariées avant d’atteindre 18 ans.


(UNFPA/sri)


Télécharger la publication